Screamer

Cette image provient du site https://www.mobygames.com

Développeur : Graffiti
Éditeur : Virgin Interactive Entertainment, Inc.
Titre alternatif : Bleifuss (Allemagne)
Testé sur : PC (MS-DOS)
Disponible sur : Macintosh, Windows
En vente sur : GOG.com

La série Screamer :

  1. Screamer (1995)
  2. Screamer 2 (1996)
  3. Screamer Rally (1997)
  4. Screamer 4×4 (2000)

Version PC (MS-DOS)

Date de sortie : 31 octobre 1995
Nombre de joueurs : 1 à 8 (réseau local)
Disponible en Français : Non
Version testée : Version dématérialisée émulée sous DOSBox
Spécificités techniques : Graphismes : VGA, SVGA

En 1995, le monde vidéoludique était tellement obnubilé par l’irruption de Sony dans une guerre des consoles qui avait jusqu’ici quasi-exclusivement tourné autour de SEGA et Nintendo – et où tous les challengers autoproclamés, type 3DO, Atari ou Commodore, n’avaient fait que se ramasser inexorablement – qu’on en venait parfois à oublier un concurrent un peu à part. Un concurrent si sérieux, d’ailleurs, qu’il est toujours parfaitement en vie aujourd’hui, en dépit des éternels augures qui annoncent son inéluctable déclin avec une régularité inoxydable depuis trente ans, j’ai nommé le PC.

Selon le circuit, un même véhicule aura divers avantages et inconvénients

Et si tout le monde s’émerveillait des capacités techniques de la PlayStation, c’était avant tout par rapport à son prix – car de son côté, l’ex-machine d’IBM était justement particulièrement bien équipée pour servir la nouvelle tendance de l’époque, à savoir la 3D temps réel. Doom avait non seulement annoncé le début de cette révolution, mais surtout installé définitivement le PC dans un paysage vidéoludique qui s’acharnait alors à continuer à le voir comme un simple ordinateur de bureau. Dès lors, pour chaque guerre où SEGA, Sony, Namco, Nintendo et les autres se rendaient les coups, on pouvait toujours compter sur le PC pour venir participer à la bataille avec ses propres troupes, et ce dans à peu près tous les domaines. Prenez le jeu de course typé arcade, par exemple. La PlayStation avait son portage de Ridge Racer? La Saturn avait son Daytona USA (qui n’allait d’ailleurs pas tarder à débarquer sur PC)? Eh bien sur PC, on avait le studio Graffiti qui débarquait avec Screamer.

Écrasez-moi cet accélérateur!

Si le nom de Graffiti ne vous évoque rien, dites-vous que le studio est toujours en vie aujourd’hui, qu’il a changé de nom pour devenir Milestone, et qu’on lui doit depuis les séries des Superbike World Championship, des Superstars V8, ou encore des MotoGP. Un CV de plus d’un quart de siècle, riche d’une centaine de titres, pratiquement tous centrés autour de la course – une très longue idylle, qui aura donc débuté en 1995 avec Screamer.

La réalisation est solide, mais la distance d’affichage aurait pu être plus grande

L’objectif du titre, comme on l’a vu, est d’aller chercher deux des grandes licences arcade de la période sur un terrain encore assez neuf: celui de la course urbaine en 3D. Les cartes accélératrices n’existaient peut-être pas encore en 1995, mais le PC avait alors déjà un processeur suffisamment costaud pour commencer à aller chatouiller les bornes d’arcade – et surtout leurs portages sur console – et c’est très exactement ce dont il sera question ici. Screamer, c’est de la conduite arcade dont le critère de simulation le plus pointu sera de vous laisser le choix entre une boîte manuelle ou automatique; pour tout le reste, ce sera pied au plancher, gros dérapages en laissant de la gomme, collisions qui ne font que ralentir votre véhicule indestructible, et de la pure adrénaline qui se marie très bien avec une conduite hyper-accessible dont on a parfaitement saisi toutes les subtilités au bout de quinze secondes. Vous aimez la simulation? Fuyez, pauvres fous! On est là pour prendre du plaisir tout de suite et pour ne pas se poser de question. Les réglages, c’est pour les mécanos, pas pour les pilotes!

On sent les références, d’un circuit à l’autre

Le premier argument du jeu, c’est la réalisation technique. Justement, le titre se débrouille objectivement très bien si l’on se souvient de sa date de sortie: la 3D est détaillée, le jeu tourne en haute résolution, et il n’aura bien évidemment aucun mal à être d’une fluidité ébouriffante sur les systèmes actuels. D’accord, la distance d’affichage pourrait être meilleure, il y a des ratés dans l’affichage des textures, et le jeu souffre de gros problèmes de stabilités sur les ordinateurs modernes (conseil: si vous tombez sur un circuit qui bloque systématiquement, relancez le jeu en VGA).

Le championnat sera l’occasion de refaire les six circuits en boucle

Mais la sensation de vitesse est toujours très bien rendue, les décors sont variés et efficace, et on pourra s’amuser à compter les références, entre le tunnel semi-ouvert à flanc de montagne tout droit tiré de Daytona USA, l’hélicoptère en rase-motte de Ridge Racer, les écrans géants, les hôtels, les dénivelés, auxquels viennent s’ajouter des avions de ligne ou même un moteur physique rudimentaire qui vous permettra de faire la chasse aux plots ou aux pancartes de signalisation si le cœur vous en dit. Le tout avec du bon gros rock et de la guitare électrique saturée derrière – rien à faire, ça fonctionne toujours. Bref, à ce titre, le jeu a plutôt bien vieilli, et on s’amuse pratiquement aussi surement qu’on pouvait le faire il y a vingt-cinq ans, ce qui est quand même plutôt bon signe. Rivé au siège, on serre les dents en priant pour qu’un dépassement un peu osé se déroule comme dans un rêve plutôt que de nous envoyer dans le décor, et on jubile lorsqu’on vient de laisser tout le peloton derrière nous au terme d’une ligne droite négociée avec maestria. En deux mots: on s’amuse.

Conduire de nuit? C’est également au programme

La bonne nouvelle, c’est que Screamer n’a pas non plus décidé de jouer les touristes dans le domaine où sa concurrence exprimait sa principale faiblesse, à savoir le contenu. Douze véhicules, six circuits, cinq modes de jeu solo dont un championnat qui sera repris pratiquement tel quel dans Rage Racer, en y ajoutant la possibilité de jouer jusqu’à huit en réseau local – ce n’est peut-être pas encore l’orgie, mais bon sang ça reste très au-dessus de ce qu’offrait par exemple la saga de Namco sur PlayStation.

Le replay est également de la partie, pour profiter de votre course sous tous les angles

Pour ne rien gâcher, les temps sont sauvegardés, tout comme les replays des meilleures chronos, il est possible d’étirer les courses jusqu’à 25 tours, et même de choisir sa difficulté… autrement dit, il y a enfin moyen de ne pas avoir le sentiment d’avoir fait le tour du jeu au bout de dix minutes, et ça fait plaisir. Même si certains modes sont clairement de l’ordre du gadget (renverser des plots, passer entre des « portes » comme dans un slalom), on prend malgré tout, et on se surprend à penser qu’il y a matière à y passer des semaines, voire des mois – là où la durée de vie des bornes d’arcade se chiffrait au mieux en heures, et où leurs portages sur console peinaient à offrir beaucoup mieux.

Même en VGA, le jeu s’en sort encore très bien

Après ce concert de louanges, on pourrait penser tenir une sorte de titre légendaire, et l’honnêteté oblige à reconnaître que ce n’est pas le cas: Screamer est un titre sympathique que sa durée de vie supérieure à la moyenne du genre ne suffit malgré tout pas à empêcher de s’essouffler assez rapidement sur la durée. On regrettera une difficulté assez mal réglée en championnat, par exemple: concrètement, ce sera la grosse balade jusqu’à la ligue pro où vous vous retrouverez en enfer, avec la quasi-obligation de passer en boite manuelle pour avoir une chance.

Même les tunnels sont de la partie!

Le détail le plus énervant reste la tendance de vos concurrents à conduire « en meute », c’est à dire en un gros peloton hyper-serré où le premier véhicule a difficilement plus d’une demi-seconde d’avance sur le dixième. Non seulement cela rend très difficile de manœuvrer au milieu de véhicules qui forment de véritables lignes où trouver un espace de dépassement revient à glisser un fil dans le chas d’un aiguille en faisant un rodéo, mais cela signifie aussi que la moindre erreur d’un centième de seconde de votre part verra non pas un, mais tous les véhicules adverses vous repasser devant! Des erreurs de jeunesse assez naïves, mais qui fait que l’aspect défoulant et arcade du jeu ne dure qu’un temps, avant de verser dans une compétition hyper-exigeante où le moindre frôlement de votre véhicule avec n’importe quoi signifie la perte de la course, stade auquel on prendra beaucoup plus de plaisir à jouer avec des amis – à condition d’avoir un réseau local sous la main…

On peut choisir sa vue, selon les sensations recherchées

Au final, Screamer atteint malgré tout largement son objectif, et parvient à s’affirmer comme un candidat tout à fait crédible auprès des grandes licences qui le regardent de haut. Pas nécessairement de quoi vous occuper pendant des semaines, mais pour passer un très bon moment pas petites sessions de dix minutes, c’est un candidat parfait et qui a très bien vieilli dans sa capacité à vous défouler immédiatement et sans perdre de temps à dompter une jouabilité très accessible. Si vous n’avez jamais eu tout à fait votre compte de course arcade à la Ridge Racer, donnez-lui sa chance: il se pourrait que vous vous découvriez un nouvel amour. Un amour de vacances, certes, sans doute une simple passade, mais parfois, c’est cette simplicité qui nous manque le plus.

Vidéo – Course sur Lake Valley :

NOTE FINALE : 16/20 Screamer, c'est un peu la réponse du PC à Ridge Racer et Daytona USA. Et le mieux, c'est que ça marche! Grâce à une conduite arcade parfaitement assumée et très bien maîtrisée et un contenu sensiblement plus généreux que celui de ses concurrents (six circuits, douze véhicules, plusieurs modes de jeu), le titre de Graffiti tient d'autant mieux la dragée haute à ses inspirateurs que la réalisation technique est également à la hauteur. On sent néanmoins plusieurs erreurs de jeunesse, autant du côté de la programmation que du comportement adverse, mais le fait est qu'on peut encore passer un très bon moment sur ce Screamer tant sa conduite viscérale et immédiatement accessible fait mouche instantanément. Si la simulation n'est pas votre genre et que vous avez envie de vous amuser tout de suite quitte à passer à autre chose dans dix minutes, voilà un candidat plein de bonnes surprises.

CE QUI A MAL VIEILLI : – Un jeu trop facile pendant les ligues rookie et amateur, trop difficile à partir de pro – Des adversaires qui conduisent "en meute": perdez un dixième de seconde, et c'est tout le peloton qui vous double – Une distance d'affichage qui aurait pu être plus grande – Quelques artefacts graphiques – Instable sur les systèmes modernes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × un =