Victory Run

Cette image provient du site https://www.mobygames.com

Développeur : Hudson Soft Company, Ltd.
Éditeur : Hudson Soft Company, Ltd.
Titre original : ビクトリーラン ―栄光の13,000キロ― (Victory Run : Eikou no 13,000KM, Japon)
Testé sur : PC Engine
Disponible sur : PlayStation 3, PSP, Wii, Wii U
En vente sur : Nintendo eShop

Version PC Engine

Année de sortie : 1987
Nombre de joueurs : 1
Disponible en Français : Non
Version testée : Version américaine
Spécificités techniques :

Se faire un nom au milieu d’un marché hyper-concurrentiel est une tâche délicate, comme de nombreux constructeurs vidéoludiques l’auront appris à leurs dépens lors d’une décennie qui aura connue de très nombreux appelés pour un nombre infime d’élus. Dans une période qui aura vu naître pas loin d’une cinquantaine de consoles, on mesurera mieux la difficulté d’exister face à un géant comme Nintendo dont la NES aura rapidement connu un succès planétaire.

Votre périple en un écran, grâce à une carte aux lacunes géographiques évidentes

La PC Engine, débarquée fin 1987 au Japon, aura pourtant immédiatement présenté des arguments extrêmement pertinents, ses capacités techniques absolument hallucinantes pour une console dite 8 bits – et qui lui permettront de lutter à armes égales avec toute la génération suivante – n’étant pas les moindres. Bien conscient que c’était là l’argument de vente majeur de sa console, NEC aura donc entrepris de proposer rapidement aux acquéreur de sa machine une offre assez variée visant à rivaliser avec les titres majeurs de la concurrence. Et histoire de montrer ce que la bête avait sous le capot, quelle meilleure approche qu’un clone d’un des jeux d’arcade les plus impressionnants de la période, à savoir le très bon OutRun de SEGA?

Ah, foncer vers le soleil couchant (même si en vrai je roule plein sud, mais tant pis)…

Victory Run est donc un titre qui s’en va lorgner sans complexe sur une des bornes phares de la décennie. Une course en valant bien une autre, le titre décide de mettre en scène un événement assez sous-exploité d’un point de vue vidéoludique: le Paris-Dakar, très bon prétexte pour varier un peu les environnements et vous proposer un trajet découpés en segments plutôt que des circuits à base de tours. Le logiciel se lance assez abruptement, puisqu’il n’y a de toute façon qu’un seul mode de jeu et aucune forme de menu des options.

Cinq-cents connards sur la ligne de départ ♫

Vous serez donc invité à vous choisir un nom en trois lettres (nouvelle référence à l’arcade) avant de procéder à une sélection des pièces mécaniques que vous emporterez avec vous durant votre périple. Ne pensez pas procéder là à un réglage des caractéristiques techniques de votre véhicule: il s’agit en fait seulement de faire des réserves de pièces mécaniques en vue des inévitables réparations que vous aurez à fournir entre chaque étape, surtout si vous conduisez comme un pied et multipliez les contacts et les sorties de route. Vos pièces se dégradant fatalement avec le temps, prenez donc soin de bien répartir l’ensemble, finir la course étant déjà suffisamment délicat sans avoir à le faire avec des freins en miettes ou avec un moteur au bord de l’explosion.

Le jeu s’efforce de varier les environnements, mais l’idée ne change pas

Une fois votre périple lancé, les commandes sont simples: un bouton pour accélérer, l’autre pour freiner, et les flèches haut et bas pour changer de vitesse – car autant vous prévenir tout de suite, il n’y a pas de boîte de vitesse automatique dans Victory Run.

Le motard à trente mètres est déjà plus haut que ma voiture!

Une jauge présente en haut à gauche vous informera de votre progression dans l’étape, le temps en haut à droite représentera votre limite: dépassez-le, et vous commencerez la course suivante avec le malus correspondant; finissez en avance et vous aurez alors une rallonge de temps. Dépassez-le de plus d’une minute, et c’est le Game Over, avec retour au menu. Rien de bien complexe, donc, mais suffisamment de matière pour vous garder concentré sur le véritable objectif qui sera d’abord moins de terminer premier (vous ne verrez de toute façon votre classement qu’entre les étapes) que de terminer tout court. Les trajets étant souvent riches en virage serrés et en concurrents pour vous compliquer la vie, autant dire qu’il va falloir la jouer finement pour espérer aller loin, la méthode « je fonce tout droit » étant rapidement appelée à montrer quelques limites.

Parfois, on a même du mal à distinguer la route!

Autant dire que les références au modèle assumé qu’est OutRun sont évidentes et nombreuses, et que les sensations offertes n’en sont pas nécessairement à des kilomètres – ce qui reste un bel accomplissement si l’on se souvient qu’on parle d’un jeu paru sur un système 8 bits en début de vie.

Allumer ses phares quand on roule à 160 à l’heure, c’est pour les losers

La réalisation est colorée avec de très belles variations dans le ciel selon l’heure de la course (vous pourrez piloter de nuit, mais les véhicules du jeu ne connaissent visiblement pas le concept de phares), et la sensation de vitesse est très bien rendue, ce qui était un peu la base de ce qu’on était venu chercher. En revanche, on regrettera que les bas-côtés soient assez chiches en éléments graphiques, que les décors de fond soient un peu vides, et surtout que les proportions globales soient complètement ratées: tous les autres véhicules, y compris les motos, faisant deux fois la taille du vôtre! La musique, pour sa part, est correcte sans être inoubliable, et la jouabilité est suffisamment simple pour être ludique et suffisamment exigeante pour vous obliger à passer un peu de temps à en maîtriser les subtilités pour espérer finir le jeu. Bref, on a bien là affaire à l’essentiel… et hélas, pas à grand chose d’autre.

Ultime clin d’œil à OutRun, avec cette étape finale au bord de la mer

Car si Victory Run remplit parfaitement sa mission de vitrine technologique et de clone jouable et ludique d’OutRun, il faut bien reconnaître qu’il ne s’embarrasse pas à aller chercher plus loin. Aucun autre mode de jeu que la course principale, aucune possibilité de jouer à deux, même à tour de rôle, aucun choix de véhicule, aucun réglage…

Ici, un effet assez joli avec les nuages qui défilent

Ce à quoi on pourra me rétorquer qu’OutRun, justement, ne proposait rien de tout cela non plus, mais le titre de SEGA était un jeu d’arcade pensé pour des sessions très courtes et pour en prendre plein la vue en échange d’une pièce ou deux, et on aurait bien aimé qu’un logiciel acheté au prix fort ait un peu plus à offrir que cela – surtout quand il ne peut bien évidemment pas prétendre rivaliser techniquement, malgré ses indéniables qualités en la matière, avec la borne en question. Reste donc un titre sympathique à faibles doses, préfigurant assez bien de ce dont la PC Engine allait être capable, mais qui restera davantage une curiosité aujourd’hui qu’un titre à redécouvrir d’urgence. Allez, on s’en contentera.

Vidéo – La première étape du jeu :

NOTE FINALE : 13,5/20 Victory Run n'est peut-être pas grand chose de plus qu'un clone d'OutRun grimé en simulation du Paris-Dakar, le fait est qu'il avait assurément de quoi mettre une belle claque en 1987 en démontrant à tout le monde - à commencer par la concurrence - de quoi la console 8 bits de NEC était capable. Grâce à une sensation de vitesse très bien rendue et à une conduite suffisamment technique pour vous obliger à être un peu plus fin que de rester pied au plancher pendant toute la course, le titre remplit parfaitement sa mission - même si on regrettera, pour le coup, qu'il ne cherche jamais à aller plus loin du côté de la gestion mécanique ou des modes de jeu. En l'état, il aura à souffrir de la concurrence des jeux d'arcade plus impressionnants et des simulations plus complètes, mais cela ne l'empêche pas de rester un jeu très sympathique pour les amateurs de gameplay simple et encore largement capable de se trouver un public trente-trois après. Et ça, mine de rien, c'est déjà pas mal.

CE QUI A MAL VIEILLI : – Proportions des véhicules adverses grotesques – Aucune possibilité de conduite en boîte automatique – Un seul mode de jeu, un seul joueur, pas d'écran des options – Une gestion technique qui se limite à anticiper ses besoins en pièces détachées – Peu d'éléments graphiques sur le bas-côté – Difficulté frustrante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 5 =