Thunder Force IV

Développeur : Technosoft Co., Ltd.
Éditeur : Technosoft Co., Ltd.
Titre original : サンダーフォースIV
Titre alternatif : Lightening Force : Quest for the Darkstar (Amérique du Nord)
Testé sur : Megadrive

La saga Thunder Force (jusqu’à 2000):

1 – Thunder Force (1983)
2 – Thunder Force II (1988)
3 – Thunder Force III (1990)
4 – Thunder Force IV (1992)
5 – Thunder Force V: Perfect System (1997)

***** Version Megadrive *****

Année de sortie : 1992
Disponible en Français : non
Nombre de joueurs : 1

L’introduction du jeu:

En 1990, Thunder Force III avait été autant un coup de tonnerre qu’un coup de maître dans le monde des Shoot-them-up. Impressionnant au point de rivaliser avec certaines des bornes d’arcade de l’époque, il était immédiatement devenu le représentant indétrônable des capacités techniques de la Megadrive : C’était évident, on aurait beaucoup, beaucoup de mal à faire mieux – techniquement parlant – sur la 16 bits de Sega. Partant de ce constat, quel jeu pourrait bien être le mieux armé pour aller ravir à Thunder Force III son titre de plus grand shoot-them-up de la Megadrive ? Sa suite directe, pardi…

Préparez-vous à en prendre plein les yeux dès les premières minutes de jeu

Il aura donc fallu deux ans pour que l’équipe de Techno Soft se décide à remettre le couvert histoire de nous démontrer que la console de Sega n’avait pas encore montré tout ce qu’elle avait dans le ventre. Le scénario de Thunder Force IV – pour ceux qui y prêteraient un quelconque intérêt – prend place directement après la fin de l’opus précédent. L’empire ORN à peine tombé, une coalition composée de ses vestiges et de ses alliés forme l’empire Vios et, devinez quoi, la fédération galactique prenant rapidement une nouvelle raclée, elle décide d’envoyer un nouveau super-chasseur expérimental: le FIRE-LEO 04 Rynex (à vos souhaits). C’est évidemment aux commandes de ce vaisseau que vous allez devoir venir à bout des dix niveaux du jeu.

Vous aurez une nouvelle fois la possibilité de choisir l’ordre de passage des premiers niveaux

Après une rapide introduction (visible au-dessus) qui vous met tout de suite à l’aise, Thunder Force IV reprend immédiatement la formule de son aîné: vous pourrez choisir de faire les quatre premiers niveaux dans l’ordre de votre choix, avant d’enchaîner les six derniers. Une fois votre sélection arrêtée, le jeu commence, et il est temps de vérifier si, oui ou non, ce nouvel opus de la saga parvient à faire mieux que son prédécesseur.

Pour une fois, vos alliés viendront vous prêter main forte – avant de se faire tailler en pièces, vous vous en doutez

Graphiquement parlant, inutile de faire durer le suspense – surtout si vous avez déjà posé les yeux sur les captures d’écran du jeu – c’est absolument magnifique. Il suffit, dès les premières minutes de jeu, d’apprécier la profusion de détails et le sentiment de profondeur offert par le scrolling différentiel de la planète Strite pour admirer le savoir-faire de Techno Soft. Difficile de croire, par moments, qu’on n’est pas en train de jouer sur une bonne d’arcade : les sprites à l’écran sont nombreux, certains sont gigantesques (le boss final doit occuper 80% de l’écran à lui seul !), l’animation est rapide, l’action est encore plus frénétique qu’auparavant – à tel point, d’ailleurs, qu’elle ferait presque passer l’épisode précédent pour un titre ennuyeux.

Les mini-boss sont déjà très impressionnants

La palette graphique de la Megadrive est poussée dans ses derniers retranchements, les couleurs sont sublimes, l’ambiance est parfaite; bref, le jeu est vraiment très impressionnant. Niveau sonore, la 16 bits de Sega nous rappelle également qu’elle en a sous le capot, les musiques extrêmement variées et pêchues étant littéralement noyées sous l’avalanche de bruitages qui dynamisent très efficacement l’action. Ultime degré de finition: le jeu a été programmé pour tourner à la même vitesse en version PAL et NTSC: fini de profiter d’une version 16% plus lente que les versions japonaises et américaines ! Seul bémol à ce concerto de louanges: quelques ralentissements auxquels Thunder Force III ne nous avait pas habitués.

Comme pour le précédent opus, le décor sera un ennemi à part entière

Il faut dire qu’on voit difficilement comment le jeu pourrait en faire plus: chaque niveau profite désormais d’un défilement vertical, qui double littéralement votre surface de jeu. Le titre n’hésite pas à redoubler d’imagination pour trouver des éléments de gameplay aptes à vous surprendre: ennemis arrivant depuis la profondeur, viseurs à l’écran vous prenant pour cible en vue subjective, adversaires surgissant du sable, monstre s’accrochant aux parois pour vous écraser entre elles…

Venir à bout d’un boss est véritablement jouissif

Ajoutez-y quelques mini-boss très impressionnants, et une narration visuelle assez inédite pour un shoot-them-up (comme ces vaisseaux venant vous donner un coup de main, au niveau 5, contre la première apparition de ce qui deviendra l’avant-dernier boss, avant de vous confier une arme à laquelle vous n’aviez pas accès jusqu’ici) et vous comprendrez qu’il est très difficile de s’ennuyer en jouant à Thunder Force IV. Le jeu, en plus d’être environ deux fois plus long que l’épisode précédent (comptez une cinquantaine de minutes pour le finir), est également beaucoup plus dur. La où la connaissance des niveaux restait votre meilleure arme dans Thunder Force III, ça ne suffira pas ici: de très bons réflexes seront également nécessaires.

Admirez la taille de ce sprite! Oui, nous sommes bien sur Megadrive!

Niveau système de jeu, les aficionados du troisième épisode ne devraient pas être trop dépaysés: il est toujours possible de changer la vitesse de son vaisseau avec le bouton A, et on retrouve les bonus habituels: satellites (Claws), bouclier, et vies scientifiquement placées aux pires endroits. Les armes, elles, sont toujours au nombre de cinq, mais ont subi une petite rénovation. Le Blade fait office de tir puissant, le Rail Gun vous permet de concentrer vos tirs vers l’arrière (ce qui est souvent indispensable), le Snake arrose au-dessus et en-dessous de votre vaisseau en laissant l’avant et l’arrière vulnérables, le Hunter est un tir à tête chercheuse (très pratique pour savoir où se situe le point faible des boss, par exemple).

Plus original que le vaisseau géant: la flotte adverse toute entière!

Le Free Way, lui, est un peu plus technique: il est composé d’un tir minable orienté dans la direction vers laquelle vous vous dirigez, et d’une salve de puissants missiles dans la direction opposée. En faire usage de manière efficace vous imposera donc de « fuir » constamment ce que vous visez, ce qui peut demander un temps d’adaptation. Mais ce n’est pas fini : à partir de la fin du niveau 5, vous aurez également accès à une nouvelle arme qui viendra remplacer vos satellites. Celle-ci peut lâcher un tir surpuissant couvrant une bonne partie de l’écran, à condition de la laisser charger, c’est à dire de s’arrêter de tirer pendant plusieurs secondes… inutile de dire que cela peut s’avérer redoutable – à condition d’aimer prendre des risques.

Ce boss respire la référence à R-Type

Revenons rapidement sur la difficulté du titre: l’un de rares reproches adressés à Thunder Force III était la relative simplicité des boss, généralement vite expédiés – surtout avec un vaisseau bien équipé. Eh bien, vous pouvez oublier ce reproche: les boss sont désormais de véritables défis, qui virent d’ailleurs parfois à l’épreuve d’endurance. Ils comprennent tous plusieurs phases, se transforment, parcourent tout l’écran, et leurs patterns sont bien plus difficiles à mémoriser que ceux du précédent opus. La durée de ces affrontements, souvent dantesques, aura au moins le mérite de vous laisser l’occasion d’admirer ces boss sous toutes les coutures, tant ils sont absolument superbes.

Le premier niveau du jeu:

 

NOTE FINALE : 19/20

Personne n’aurait imaginé, en 1992, que la Megadrive soit capable d’offrir une expérience pareille: Thunder Force IV, c’était réellement la borne d’arcade à domicile. Sublime, inventif, exigeant, long, on aurait bien du mal à adresser un reproche à ce petit bijou qui a extrêmement bien vieilli – à part peut-être celui d’une difficulté revue à la hausse qui pourra en frustrer plus d’un. Plus qu’une simple claque, Thunder Force IV est un candidat sérieux au titre de meilleur shoot-them-up de toute l’ère 16 bits. Rien que ça.

CE QUI A MAL VIEILLI :

– Certains boss sont véritablement increvables

– Plusieurs patterns de boss – et certains niveaux – tiennent du Die & Retry: vous êtes pratiquement obligé d’y laisser la vie lors de votre premier passage

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − 7 =