Chew-Man-Fu

Cette image provient du site http://www.thecoverproject.net

Développeur : Now Production Co., Ltd.
Éditeur : NEC Technologies, Inc.
Titre original : Be Ball (Japon)
Titre alternatif : Chew Man Fu (écran-titre américain)
Testé sur : PC Engine
Disponible sur : Wii, Wii U
En vente sur : Nintendo eShop (Wii, Wii U)

Version PC Engine

Date de sortie : 30 mars 1990 (Japon) – 1990 (États-Unis)
Nombre de joueurs : 1 à 2
Disponible en Français : Non
Version testée : Version américaine
Spécificités techniques : Sauvegarde par mot de passe

Vidéo – L’écran-titre du jeu :

En-dehors de la pure curiosité, on pourrait diviser les raisons qui poussent un joueur à explorer la ludothèque de la PC Engine en deux catégories. D’un côté, il y a ceux qui viennent chercher un shoot-them-up d’exception et qui ont bien des chances de voir leur vœu exaucé, tant la machine de NEC est réputée à raison dans le domaine.

Le vieux sage de service viendra vous dispenser ses conseils entre les niveaux

Et puis de l’autre, il y a ceux qui viennent dénicher des titres un peu plus déroutants parce que généralement marqués du sceau de la culture japonaise, avec ses personnages typés manga improbables à la Obocchama-kun et son humour pipi-caca à la Kato-Chan Ken-Chan… ou tout simplement, l’espoir de se faire surprendre par des titres n’ayant pour la plupart jamais quitté l’Archipel. Car l’une des grandes richesses de la PC Engine, c’est précisément son taux élevé de jeux qui ne ressemblent à rien d’autre, parmi lesquels on peut autant trouver des Gekibo : Gekisha Boy que quelques avatars à avoir réussi à traverser l’océan pour débarquer aux États-Unis, souvent sous un nom à coucher dehors. Cas d’école aujourd’hui, avec Chew-Man-Fu.

Chew-Man-Fu: une histoire de boules

Figurez-vous donc un méchant donnant son nom au jeu, sorte de caricature du méchant sorcier chinois, et qui aurait jeté une malédiction sur les cinq tours de la dynastie du rouleau de printemps. Oui, ça démarre très fort dans la vision stéréotypée, mais hé, on est en 1990, et l’humour a un peu changé depuis.

À deux, c’est encore mieux!

Très honnêtement, ce cadre n’a absolument aucune importance: vous auriez aussi bien pu affronter un extraterrestre sur Alpha du Centaure que ça n’aurait rien changé. La seule chose qui compte, c’est que vous – et éventuellement un(e) ami(e) – allez partir libérer les fameuses tours, à raison de dix niveaux pour chacune d’entre elles, ce qui nous fait quand même la bagatelle de cinquante stages. Vous allez donc prendre le contrôle d’une jeune fille au look tellement chinois, lui aussi, qu’on croirait presque la version « chibi » de Chun Li, et vous mettre en tête de vaincre la malédiction de votre dynastie. Jusqu’ici, autant le dire, à part pour l’aspect spécifiquement chinois, c’est du classique. Fort heureusement, là où on aurait pu s’attendre à un énième jeu de plateforme, c’est plutôt du côté de son game design que Chew-Man-Fu aura décidé de prendre des risques. Jugez plutôt.

Le concept est rempli de bonnes idées, mais il lui manque encore quelque chose

Le titre est en fait un jeu d’action réflexion se déroulant à chaque fois dans des niveaux ne s’étendant que sur un seul écran. L’objectif sera de pousser (ou de tirer) des boules jusqu’aux bases jusqu’au bases de la couleur correspondante, et en temps limité – un principe déjà inhabituel, et qui évoque furieusement celui d’un Tiny Skweeks qui ne verrait le jour que deux ans et demi plus tard.

L’épreuve finale est assez limitée

Le truc, c’est que votre tâche sera bien évidemment compliquée par deux choses, en plus de la limite de temps: des ennemis pour se placer en travers de votre route, tout d’abord, mais aussi des couloirs labyrinthiques qui vont venir compliquer votre capacité à guider ces fameuses boules. On aurait pu s’en tenir là et trouver une sorte de variation « action » de l’antique Soko-Ban, mais l’équipe de Now Production aura pensé à d’autres mécanismes. Ainsi, vous êtes tout à fait libre de donner un bon coup de pied dans les boules (je suis conscient de la façon dont cette phrase peut être comprise, mais faites un effort) et de transformer celles-ci en projectiles qui vous aideront non seulement à occire les ennemis… pour un temps (ils finiront toujours par réapparaître) mais aussi à abattre les murs et ainsi à ouvrir de nouveaux couloirs qui vous faciliteront la tâche… mais qui rendra également plus difficile celle d’enfermer vos adversaires pour ne pas les avoir dans les pattes tandis que vous cherchez à accomplir votre mission.

Les choses se compliquent sur la fin, avec des ennemis bien plus débrouillards

Ce petit côté Pengo n’est qu’une des nombreuses idées du jeu, et on appréciera la présence de nombreux power-ups, de stages bonus, d’un mode deux joueurs, d’un éditeur de niveaux (!) et même de la possibilité de livrer une sorte de match de football contre le deuxième joueur dans un mode dédié (!!).

Vous voulez créer vos propres niveaux? Faites-vous plaisir

Un contenu conséquent qui aide à enrober un principe qui n’évolue, pour sa part, qu’assez peu d’une tour à l’autre. En dépit de petites subtilités venant s’ajouter aux mécanismes de base, comme ces ennemis capables de déplacer les boules ou ceux qui peuvent abattre eux-mêmes les murs, le fait est que ce Chew-Man-Fu n’en est pas moins un jeu qui vous demandera impérativement d’accrocher à son concept pour réellement y passer du temps. Non que le titre soit mauvais, mais entre ses environnements qui ne se renouvèlent que graphiquement et son action cantonnée (comme le riz) (désolé, à force de voir passer tous ces clichés sur la Chine…) à un seul écran, on a quand même découvert 90% de ce que le jeu a réellement à offrir au bout de trente secondes. Là encore, ce n’est pas nécessairement rédhibitoire – combien de grands succès de l’arcade à la Pac-Man auront reposé précisément sur un concept simple mais génial? – mais il manque peut-être encore un petit truc, une idée vraiment brillante pour faire passer ce Chew-Man-Fu du stade de « curiosité sympathique à petites doses » à celui de « titre totalement addictif auquel on ne décroche plus ».

Un mode de jeu amusant trente secondes, mais guère plus

Les réflexes et la chance sont souvent plus importants qu’un aspect réflexif mis à mal par le fait qu’on puisse facilement se retrouver coincé par un ennemi qui vient de réapparaître ou que la jouabilité rende parfois difficile le fait de savoir si on va pénétrer dans un couloir en avançant ou en reculant. Du coup, on a souvent l’impression de perdre pour de mauvaises raisons (surtout en solo) et on s’énerve assez vite, même si la générosité du programme en termes de vies, additionné à la présence d’un système de mot de passe, devrait de toute façon vous amener à le vaincre assez rapidement… si vous vous amusez assez pour en avoir envie. Si vous n’avez jamais accroché aux grands succès vidéoludique du début des années 80 et que vous appréciez des jeux un peu plus ambitieux et un peu plus variés dans leur déroulement, il y a de fortes chances que ce Chew-Man-Fu ne soit pas votre tasse de thé.

Vidéo – Cinq minutes de jeu :

NOTE FINALE : 14/20 Parmi les mérites à reconnaître à Chew-Man-Fu, commençons par citer son originalité. Quelque part entre Pengo et Tiny Skweeks, le titre de Now Production propose un mélange d'action et de réflexion qui a le mérite de ne pas ressembler à grand chose d'autre. On se laisse gagner par la curiosité, et on peut même réellement accrocher au concept, particulièrement à deux joueurs... Mais si jamais le coup de foudre n'a pas lieu, le fait est que le caractère répétitif de l'action et des mécanismes épuise le potentiel ludique du logiciel assez vite, et qu'on peut rapidement finir par s'ennuyer plutôt qu'autre chose. Néanmoins, si vous cherchez quelque chose de dépaysant sur votre PC Engine, il serait dommage de ne pas laisser une chance au titre pour découvrir s'il mérite une place au sein de votre ludothèque. Imparfait, mais intrigant.

CE QUI A MAL VIEILLI : – Un concept qui se renouvèle très peu au fil des niveaux – Une maniabilité particulière où on peut facilement présenter le dos aux adversaires sans le faire exprès

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 2 =