Plok

Cette image provient du site https://www.covercentury.com

Développeur : Software Creations Ltd.
Éditeur : Tradewest, Inc.
Titre alternatif : Plok! (écran-titre)
Testé sur : Super Nintendo

Version Super Nintendo

Date de sortie : Septembre 1993 (États-Unis, Europe) – 10 décembre 1993 (Japon)
Nombre de joueurs : 1
Disponible en Français : Oui
Disponible en Anglais : Oui
Version testée : Version européenne
Spécificités techniques :

Vidéo – L’écran-titre du jeu :

Quand il s’agit de nommer un studio de développement européen ayant entretenu une relation privilégiée avec Nintendo depuis la NES jusqu’à la Nintendo 64, vous n’aurez sans doute même pas le temps de terminer votre phrase que tout le monde vous aura déjà évoqué Rare. Il est vrai qu’avec des titres comme R.C. Pro-Am, Donkey Kong Country ou Killer Instinct au compteur, le studio britannique aura indéniablement lié son histoire à celle de la firme au plombier, mais cela ne signifie pas pour autant qu’il soit le seul dans ce cas.

Votre périple s’accompagne d’une carte, mais ne comptez pas choisir votre route

Beaucoup de joueurs tendent par exemple à oublier Software Creations, nom peut-être moins célèbre mais à qui on doit malgré tout des titres comme Solstice, Equinox ou le pas assez connu Tin Star, et qui aura été la première compagnie non-japonaise à développer sur Super Nintendo avant de continuer sa route sur Nintendo 64 et de devenir Acclaim Studios Manchester en 2002. Parmi l’impressionnante liste de jeux développés par le studio, beaucoup sont des titres « de connaisseurs », des seconds couteaux méritants qui auront échoué à attirer la lumière des projecteurs (souvent plus attirée par les productions japonaises), ce qui n’en fait pas pour autant des logiciels médiocres. Parmi les meilleurs exemples de ces cartouches que les joueurs redécouvrent aujourd’hui avec une assez bonne surprise à la clef, intéressons-nous aujourd’hui à un titre dont le nom revient de plus en plus régulièrement : Plok.

Plok : un personnage et un univers à part

Derrière ce patronyme pas très glamour se cache une créature inhabituelle à laquelle on serait bien en peine de trouver un équivalent, et qui pourrait sans doute passé pour un simple personnage court-sur-pattes avec une étrange cagoule sur la tête si son système de défense n’était pas excessivement singulier : Plok attaque avec ses membres. Et je veux dire : avec ses membres, c’est à dire en les lançant comme des projectiles avant que ceux-ci ne reviennent magiquement à leur point de départ.

Le jeu vous laissera également contrôler le grand-père de Plok dans une séquence vintage !

Un système déroutant, mais qui en vaut bien un autre – et qui aura surtout des conséquences sur la maniabilité de votre héros pendant la courte période où il attendra le retour de ses projectiles improvisés, puisqu’on se doute que sauter où se déplacer sont des actions un peu plus complexes lorsque vos jambes sont situées à cinq mètres de votre tronc. Le scénario, qui a le mérite d’exister, est à peu près aussi déstabilisant que le personnage principal, lequel découvre un matin que le drapeau qui orne sa maison, et dont il est apparemment très fier, a été dérobé. Pensant apercevoir la précieuse étoffe sur l’île voisine de Cotton Island, il se lance dans une quête non-sensique pour retrouver son drapeau, laquelle risque de l’occuper un petit bout de temps, car le titre n’est pas exactement avare en niveaux.

Attendez-vous à souffrir lors des combats de boss

L’action prendra la forme d’un jeu d’action/plateforme avec une petite orientation run-and-gun : l’objectif sera de mener Plok jusqu’au drapeau de fin de niveau, au terme de séquences généralement assez courtes, en sautant au-dessus des précipices, en vainquant les adversaires à l’aide de ses membres et en évitant les obstacles sur sa route – du très classique, mais bien exécuté.

Même les stages bonus sont épuisants !

L’univers très coloré du jeu, par son aspect vallonné et la relative nervosité du gameplay, pourra évoquer celui d’un Sonic the Hedgehog auquel il a d’ailleurs souvent été comparé (à tort, les deux jeux n’ayant finalement qu’assez peu de choses en commun), et on saluera particulièrement une ambiance musicale au-dessus de la moyenne qui aide à doter le jeu d’une identité un peu à part à laquelle le personnage principal avait déjà bien contribué. À première vue, on hérite donc d’un titre surprenant de par le style mais finalement assez convenu dans son déroulement et ses mécanismes, et on enchaine les niveaux avec un certain plaisir en se disant que l’on s’amuse mais que, faute de renouvellement, le titre risque malgré tout de s’épuiser un peu plus vite qu’il ne le devrait.

Certains bonus permettront à Plok de se transformer, comme ici en mode boxeur…

Seulement voilà, une fois l’île de Cotton Island et le premier boss vaincus, Plok revient chez lui pour découvrir que non seulement tous les drapeaux locaux ont été volés (à quoi servaient-ils ? Heu, je ne sais pas, est-ce que je vous pose des questions, moi ?) mais que désormais d’étranges puces ont laissé leurs œufs, commandant à notre personnage d’aller les exterminer comme les premiers Metroid venus.

…ou ici, avec un lance-flamme !

Mine de rien, cela fait alors basculer le titre dans un genre un peu différent, l’aspect « action linéaire mais débridée » laissant la place à une structure plus ouverte vous demandant de retourner chaque pierre de niveaux devenus subitement plus verticaux et bien plus tentaculaires pour aller chercher chacune des puces dont le compte est tenu par une barre en bas de l’écran avant d’être enfin autorisé à rejoindre le fameux drapeau de clôture. Un renouvellement bienvenu à un stade où la formule de base commençait à montrer ses limites, certes, mais également un changement de philosophie qui ne fera pas que des heureux au sein des joueurs, surtout chez ceux qui ne se montreraient pas emballés à l’idée d’enchainer des niveaux devenus quatre ou cinq fois plus longs en multipliant les allées-et-venues pendant un long moment (boucler le jeu en ligne droite exigera facilement deux heures) sans aucun système de sauvegarde ni de mot de passe.

Les obstacles, lorsqu’ils n’exigent pas des réflexes surhumains, optent pour le timing délirant

Le vrai problème est d’ailleurs que le jeu empile de la sorte beaucoup de fausses bonnes idées qui participent à le rendre infiniment plus clivant que ce qu’il aurait pu être. Sa scénarisation laborieuse vous bombardant de textes à vocation comique mais qu’on ne peut pas passer et qui cassent constamment le rythme en fait partie, par exemple. Sa difficulté très frustrante, derrière son aspect « jeu aux couleurs vives à destination des enfants », risque également de ne pas lui faire que des amis : énormément de pièges ou d’adversaires surgissent à l’écran en vous laissant un temps de réaction de l’ordre du dixième de seconde, faute de quoi vous serez immanquablement touché jusqu’à l’épuisement définitif de votre barre de vie.

Armez-vous de patience : l’aventure est longue

Pour ne rien arranger, les boss, qui vous demandent systématiquement de gérer plusieurs ennemis à la fois, sont particulièrement infects. On a beau gagner des vies avec une belle régularité, les joueurs les moins patients seront sans doute bien inspirés de passer par le menu des options pour baisser la difficulté. Même ainsi, on trouvera encore des maladresses assez désagréables, comme quand le jeu vous place dans u niveau très vertical, que vous cherchez à détruire une puce, que celle-ci fait un saut l’envoyant des dizaines de mètres en contrebas… et que vous devez l’y suivre pour la détruire, vous obligeant à vous re-farcir tout le trajet que vous aviez déjà accompli une première fois, avec tous les pièges toujours en place ! Dans l’ensemble, le rythme du jeu peine à se situer correctement, vous laissant miroiter une action simple et nerveuse pour finalement tomber dans une approche patiente, épuisante et ultra-punitive. On peut parfois trouver le temps long, dans Plok, à chercher des dizaines de puces nécessitant des dizaines de coups dans des dizaines de niveaux qui durent de longues minutes… ce qui fait que tout le monde ne trouvera clairement pas son compte dans un jeu qui a de réelles qualités mais qui s’étire aussi dangereusement par rapport à ce qu’il a à offrir. Un titre assez sympathique qui fera mouche auprès d’un certain public, mais sans doute pas le joyau méconnu qu’on en fait parfois aujourd’hui.

Vidéo – Cinq minutes de jeu :

NOTE FINALE : 14/20 Passé relativement inaperçu à sa sortie, souvent rangé dans le même sac que bien des productions européennes qui semblaient perdues loin de leurs ordinateurs, Plok est aujourd'hui un jeu qui tend à réapparaître régulièrement dans les listes de joyaux méconnus qui mériteraient une deuxième chance. Dans les faits, le titre de Software Creations est assurément un titre plus original et plus solide qu'il n'en a l'air, avec sa patte bien à lui et sa jouabilité nerveuse, mais tout n'est pas pour autant idyllique au pays des drapeaux : en basculant dans une formule recherche/exploration dans sa deuxième partie, le titre devient fastidieux à force de pécher par excès : trop de niveaux trop longs et trop verticaux avec trop de puces à retrouver et trop d'allées-et-venues, et surtout pas assez de renouvellement dans l'univers ni dans les situations pour réellement nous donner l'envie de nous accrocher pour voir la suite. Reste une aventure sympathique, avec ses bons moments mais aussi avec une bonne dose de maladresses, et à laquelle il manquait assurément un petit quelque chose pour espérer tirer son épingle du jeu dans un genre alors en pleine bourre. Une curiosité.

CE QUI A MAL VIEILLI : – Une difficulté qui bascule rapidement dans le frustrant en mode « normal »... – ...principalement pour de mauvaises raisons – Des niveaux qui s'étirent dangereusement dans la deuxième partie du jeu... – ...avec beaucoup d'allers-et-retours malvenus... – ...et aucun système de mot de passe à se mettre sous la dent – Pas assez de variété dans les décors et les ennemis rencontrés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :