Crash’n Burn

Cette image provient du site https://www.mobygames.com

Développeur : Crystal Dynamics, Inc.
Éditeur : Crystal Dynamics, Inc.
Testé sur : 3DO

Version 3DO

Date de sortie : 4 octobre 1993 (Amérique du Nord) – 20 mars 1994 (Japon) – 11 juin 1994 (Europe)
Nombre de joueurs : 1
Disponible en Français : Non
Version testée : Version américaine
Spécificités techniques : Système de sauvegarde via mémoire interne

Vidéo – L’introduction du jeu :

Il est toujours facile de se gausser, après coup, de l’échec commercial d’une machine qui s’avère d’autant plus aisé à analyser comme inéluctable qu’on l’observe aujourd’hui avec plus de vingt-cinq ans de recul. Mais il faut sans doute avoir été un joueur des années 90 pour réaliser le bruit qu’aura fait la 3DO à sa sortie, et avec elle les promesses qu’elle annonçait vis-à-vis d’un marché qui vivait une métamorphose saisissante depuis qu’il avait été phagocyté par les consoles 16 bits.

Les différents conducteurs se présentent en en faisant des caisses

Avec l’ancien PDG d’Electronic Arts à la baguette et des capacités techniques qui approchaient celles de PC encore souvent vendus deux fois plus cher, la console aura énormément fait parler d’elle et nourri beaucoup d’espoirs, se vendant quand même à plus de deux millions d’unités. Hélas, son prix de vente prohibitif (parfois plus de 700$ la première année) allié à un line-up famélique auront un peu douché l’enthousiasme soulevé par la machine à ses débuts. À titre d’exemple, alors que le lancement de la coûteuse machine devait originellement s’accompagner de titres comme Return Fire, Road Rash ou Jurassic Park Interactive, tous auront finalement été repoussés de plusieurs mois pour laisser au final à un unique CD-ROM la difficile mission de vendre la console. Son nom ? Crash’n Burn.

Découvrez la point de la 3D domestique de 1993 !

Le titre de Crystal Dynamics part à priori sur des bases on-ne-peut-plus universelles : un bon vieux jeu de course, valeur sure par excellence. Le cadre de ces courses, dans un futur dystopique et post-apocalyptique, nous indique déjà l’apparition d’une petite subtilité : dans un XXIe siècle à la Mad Max, on ne se contente pas d’aller plus vite que les autres, on équipe aussi des mitrailleuses, du blindage et des mines sur son véhicule !

Quitte à avoir de l’argent, investissez !

Le concept est donc placé d’entrée : dans Crash’n Burn, on va la jouer salement, et remporter une course demandera déjà d’être capable de la terminer en un seul morceau. Pour se faire, vous n’aurez accès qu’à deux modes de jeu : le rallye fera à la fois office d’entrainement et d’épreuve d’endurance, puisque vous pourrez y enchainer indifféremment cinq des six « circuits », chacun composés de cinq courses, pour vous faire la main et peaufiner un peu votre conduite – terminer dans les trois premiers vous permettra de passer à la course suivante, faute de quoi il faudra recommencer. Le vrai mode principal du jeu, en revanche, sera constitué par le tournoi qui mérite que l’on se penche sur lui un peu plus en détails.

Les surface liquides sont glissantes et compliquent le maniement de votre véhicule

Tout d’abord, la première chose à faire sera de choisir un avatar parmi les six mauvais acteurs tout droit refoulés d’un casting de série Z qui feront office de conducteurs. Si chacun d’entre eux part avec ses points forts et ses points faibles en mode rallye (Fang fait plus mal, Max est plus rapide, Rocker a la meilleure accélération…), ils partent tous au même stade en mode tournoi, et pour cause : ce seront bel et bien les gains que vous investirez dans votre véhicule (et dans son armement) entre les courses qui définiront votre façon de jouer.

Résultat de la course : un joli billet pour la première place, mais j’aurais pu faire plus de casse

Ces gains varieront selon votre classement, mais aussi selon le nombre de véhicules adverses détruits (des « drones » seront présents sur la piste en plus de vos cinq concurrents pour faire le nombre, mais parvenir à détruire un de vos rivaux rapportera davantage, et venir à bout du « champion » de la piste encore plus). Le principe est donc simple : gagner, investir, finir dans les trois premiers (vous n’aurez que trois continues, mais le jeu sauvegardera automatiquement après chaque course) et recommencer. Mais dans tous les cas, si vous espérez découvrir le dernier « circuit » qu’est le Deathdrome, il faudra finir en tête !

Vos tirs sont largement guidés, alors chatouillez-moi cette gâchette !

Chaque course prendra la forme d’une circuit intégralement en 3D ce qui, mine de rien, en 1993, était quelque chose de relativement neuf – le titre fondateur du genre sur PC, le célèbre Need for Speed, n’étant appelé à voir le jour qu’un an et demi plus tard… après avoir d’ailleurs signé ses débuts sur 3DO.

L’arrêt aux stands, décision stratégique

Vous constaterez rapidement, une fois aux commandes, que la conduite reste largement « guidée » – comprendre par là qu’il vous est impossible de rouler à contresens, ou même de faire une sortie de route ; on est face à un jeu d’arcade assumé où il n’est même pas possible de sélectionner une boîte manuelle, et où on réalise vite que savoir conduire est presque secondaire par rapport à une autre compétence fondamentale : savoir tirer. Votre arsenal s’étendant de la mitrailleuse aux missiles à tête chercheuse en passant par les mines, autant dire que vous aurez les moyens de faire beaucoup de dégâts – l’ennui étant que cette constatation s’applique également à vos concurrents, et que si vous encaissez trop de dommages, cela signera purement et simplement la fin de la course. Il est heureusement possible de réparer son véhicule et de refaire ses stocks de munitions et de nitro grâce à un rapide passage aux stands, en sacrifiant néanmoins quelques précieuses secondes que vous pourrez également chercher à économiser en vous efforçant de vous tenir opportunément hors de la mêlée aux moments stratégiques.

Ma voiture est en flammes, mais un arrêt aux stands risque de me faire perdre beaucoup de temps…

Car autant dire que si la tentation de griller tout le monde dès la ligne de départ pour aller vous installer en tête de la course peut être grande, elle risque également de vous placer dans une situation inconfortable : celle où vous vous retrouverez de facto dans la ligne de mire de tous vos concurrents – littéralement. Apprendre à jouer stratégiquement pourra donc faire une grosse différence, et rester en embuscade à l’arrière pour faire un maximum de dégâts avant de vous envoler pendant que tout le monde répare peut également avoir ses vertus – survivre au milieu du peloton pouvant s’avérer très délicat.

Les combats peuvent être âpres !

La conduite étant de toute façon, comme on l’a vu, assez limitée, autant dire que ce sera à vous de décider comment jouer le jeu afin d’augmenter vos chances. Le bon côté, c’est que le titre est rapidement accessible avec ses trois boutons, ses gâchettes et son interface évidente, et que vous ne devriez par conséquent par mettre longtemps à prendre vos marques et à commencer à prendre du plaisir. Le mauvais, c’est que l’équilibrage du jeu est assez particulier, et il arrive assez souvent que vos adversaires vous laissent purement et simplement sur place sans que vous sembliez pouvoir y faire quoi que ce soit, vous plaçant de fait dans une situation gênante puisque vous devez obligatoirement finir dans les trois premiers. Une approche assez frustrante qui donne parfois le sentiment que le titre cherche à nous forcer la main pour la jouer bourrin plutôt que de simplement chercher à gagner une course par notre aptitude.

La 3D est très bien rendue pour l’époque

La réalisation du titre est solide, avec une sensation de vitesse assez bien rendue et différentes « surfaces » (eau, boue) qui impactent le comportement du véhicule. Reste qu’on ne perd jamais tout à fait le sentiment de n’être que très partiellement aux commandes d’un bolide qui ne peut de toute façon se rendre que là où le programme l’a décidé. On constatera aussi quelques erreurs de jeunesse : par exemple, strictement rien dans la boutique du mode tournoi n’indique les améliorations que vous avez déjà achetées, et vous pouvez tout à fait vous retrouvez à acquérir la même plusieurs fois de suite !

Là, j’ai vraiment pris cher…

Le plus pénalisant reste cependant l’absence de toute forme de multijoueur, surtout dans un titre qui faisait pour une fois l’effort d’offrir le contenu qui allait tragiquement manquer à ses futurs concurrents que seraient Daytona USA et Ridge Racer – trente courses, ce n’est quand même pas rien ! Malheureusement, les environnements post-apocalyptiques se ressemblent un peu tous, et on finit par rapidement pester de ne jamais réellement savoir pourquoi on a perdu une course en conduisant exactement de la même façon que celle qui nous avait valu de finir premier au circuit d’avant. Il y a assurément de bons moments à passer sur ce Crash’n Burn, mais on sent bien que le tout manque encore un peu de substance, même auprès des fans de conduite « arcade », pour se révéler vraiment prenant sur la durée en tant que pur jeu de course. Pour un titre de lancement, on se dit quand même qu’il aurait largement mérité de laisser une trace un peu plus marquante dans les esprits.

Vidéo – La première course du jeu :

NOTE FINALE : 15/20 Au sein du line-up de la 3DO, Crash'n Burn aura eu le mérite d'annoncer tout de suite ce que la (très coûteuse) machine avait dans le ventre en propulsant la course dans le monde de la 3D bien avant que Daytona USA et Ridge Racer ne viennent se tirer la bourre sur leur console 32 bits respective - et en les enfonçant déjà largement sur le plan du contenu, fort de ses quelques trente courses et de son mode tournoi bien pensé. Tout n'est certes pas idéal dans le meilleur des mondes, la faute à une conduite très dirigée, à une sensation de vitesse pas toujours convaincante, à une difficulté qui passe de « trop simple » à « trop difficile » en un éclair et surtout à l'impossibilité totale de jouer à deux, mais le côté défouloir assumé grâce aux armes et à l'aspect stratégique qu'elles impliquent propulse indéniablement le titre de Crystal Dynamics au sommet d'une catégorie où il n'aura pas connu de réels rivaux avant l'apparition de WipEout. À découvrir.

CE QUI A MAL VIEILLI : – Une conduite « arcade » finalement très limitée – Une difficulté « tout ou rien » un peu déstabilisante – Aucun mode multijoueur – Quelques ratés dans l'interface du mode tournoi – Des environnements qui manquent de variété

Les avis de l’époque :

« Des graphismes sidérants, une animation fluide et surprenante de rapidité, la 3DO marque vraiment un tournant dans le monde ludique. […] Crash’n Burn n’est pas une simple vitrine destinée à exposer la puissance technique de la 3DO, c’est un jeu à part entière, intéressant et varié. »

Marc Menier, Tilt n°119, novembre 1993, 89%

« En voyant ce jeu pour la première fois, je n’en ai pas cru mes yeux. Des graphismes et une animation aussi fluides ne pouvaient provenir que d’un Cray X-MP (NdRA : un super-ordinateur des années 80) ! Eh bien non, il ne s’agissait « que » d’un jeu pour 3DO. Puis, après plusieurs parties, je suis passé par une phase de déception, essentiellement due à une action répétitive et une maniabilité plutôt moyenne de la voiture. Enfin, j’ai découvert le mode tournoi, qui permet de gagner de l’argent et d’améliorer son véhicule. J’en ai aussitôt oublié les défauts du jeu […] ! »

Serge D. Grun, ibid.

« Les perspectives utilisées pendant la course sont géniales. La piste monte, descend, tourne en s’inclinant. C’est une conception vraiment nouvelle. […] Hélas, la maniabilité de la voiture est très douteuse. Eviter de justesse une mine est quasiment impossible et les manœuvres un peu brutales vous envoient dans le décor. »

Morgan Feroyd, ibid.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 4 =