Alien vs. Predator

Cette image provient du site https://flyers.arcade-museum.com

Développeur : Capcom Co., Ltd.
Éditeur : Capcom Co., Ltd.
Testé sur : Arcade

La licence Alien vs. Predator (jusqu’à 2000) :

  1. Alien Vs Predator (Jorudan) (1993)
  2. Alien vs Predator : The Last of His Clan (1993)
  3. Alien Vs Predator (Rebellion Developments) (1994)
  4. Alien vs. Predator (1994)
  5. Alien Versus Predator (1999)

– Version Arcade –

Année de sortie : 1994
Nombre de joueurs : 1 à 2
Disponible en français : Non
Version testée : Européenne
Spécificités techniques : Hardware: CP System II

Vidéo – L’écran-titre du jeu :

Autant le reconnaître d’entrée: quand il s’agit de prendre des risques, le cinéma peut parfois se montrer frileux – particulièrement dans des domaines comme la science-fiction qui s’accommodent moins facilement de productions à petits budgets. Quitte à expérimenter avec les licences cinématographiques pour imaginer des cross-overs bizarres, les premiers sur les rangs – après les fans, naturellement – sont souvent les éditeurs de comic books.

Vous aurez largement assez d’équipement pour vous faire respecter

Et quand il s’agit d’organiser la rencontre entre deux légendes sacrées, c’est souvent Dark Horse Comics qui s’y colle: trois ans avant de créer l’improbable RoboCop versus The Terminator, l’éditeur américain avait déjà imaginé Alien vs. Predator en 1989. Inutile de dire que les retombées permises par ce genre de fusion entre deux licences majeures n’auront pas tarder à faire réfléchir le secteur du jeu vidéo, avec pas moins de quatre titres en deux ans, en 1993 et 1994.

Vous voulez de l’action? En voilà, de l’action!

Pour fermer le ban, c’est Capcom qui aura publié un titre tiré de la fameuse licence dans un des domaines que la compagnie japonaise maîtrisait alors le mieux: le Beat-Them-All. Le scénario reprend, sans surprise, les grandes lignes du comics (et des deux sagas filmiques): l’ennemi, c’est bien entendu la maléfique corporation Weyland-Yutani, bien décidée à employer les aliens sous forme d’arme de destruction massive. Et pour les en empêcher, deux marines armés jusqu’aux dents… accompagnés de deux Predators. Alors, on commence à saliver?

Ça aurait été dommage de ne pas se battre au moins une fois contre un Predator!

Première bonne nouvelle, donc: le titre de Capcom vous offre un roster de pas moins de quatre personnages à incarner: deux humains et deux Predators. Deuxième bonne nouvelle: chacun de ces personnages dispose de ses attributs et de ses capacités propres, et se joue d’une manière assez différente des trois autres. Prenez le major D. Schaefer, par exemple: lui, avec son bras mécanique, n’est pas du genre à faire dans la finesse: il fonce dans le tas, il soulève, il arrache, et n’est jamais plus à l’aise qu’au cœur d’un groupe d’ennemis.

Il y en a dans tous les sens, et c’est chouette

Le lieutenant Linn Kurosawa, pour sa part, est un personnage extrêmement agile qui pourra littéralement passer plusieurs dizaines de secondes à rebondir d’un ennemi à l’autre sans jamais toucher le sol. Et les deux Predators eux-mêmes, divisés entre un chasseur et un guerrier, ne présentent pas tout à fait les mêmes subtilités au moment de faire une glissade, d’utiliser un coup spécial, ou de faire usage de leur fameux système de visée laser.

Techniquement, on sent bien que le hardware n’est pas trop gêné par les gros sprites

Le système de combat du jeu a effectivement l’excellente idée, à l’instar du The Punisher publié par le même éditeur l’année précédente, de ne pas vous cantonner à vos poings. Non seulement les adversaires lâchent une quantité impressionnante d’armes, allant du couteau au fusil d’assaut en passant par le lance-flammes, la grenade et le bazooka, mais en plus tous les personnages du jeu détiennent au moins une arme à distance qu’il pourront utiliser très régulièrement, la seule contrainte étant de ne pas pousser le matériel à la surchauffe (sauf pour Linn, qui elle devra simplement perdre quelques secondes à recharger).

La frénésie est totale

Les bonnes nouvelles ne s’arrêtent pas là: il est toujours possible d’exécuter un coup spécial en faisant coup + saut simultanément, et non seulement les résultats varient selon la situation (saut, chope, sol) mais également selon les personnages! Additionné aux nombreuses nuances déjà révélées plus haut, les possibilités s’avèrent étonnamment riche pour un système de jeu à trois boutons, et le temps d’expérimenter tous azimuts pour découvrir l’étendue des possibilités, on risque d’avoir déjà bouclé deux ou trois des sept niveaux du jeu.

Les fusils lâchés par vos adversaires ne sont pas là pour faire joli!

Autant le dire d’emblée: la réalisation du titre est très satisfaisante. Entre les sprites gigantesques et l’animation irréprochable, on retrouve immédiatement tout ce qui faisait le succès des meilleurs jeux d’arcade des années 90: c’est gros, c’est spectaculaire et ça fait beaucoup de bruit. Pour ne rien gâcher, l’aventure a la bonne idée de multiplier les ennemis et les environnements, et entre les différents types d’aliens, les marines, les gardes zombifiés et tous les passages obligés des boss (du mécha de chargement à la reine-mère des aliens), on n’a tout simplement jamais le temps de s’ennuyer.

Que serait un jeu Capcom sans un stage bonus passé à détruire un truc?

Le titre se permet même un passage de shoot où votre arme peut tirer à volonté pendant tout un niveau! Conséquence immédiate: seul, le titre est déjà très agréable à parcourir, et c’est encore meilleur à deux. L’enrobage est à la hauteur, avec des cinématiques et un scénario qui pourra se laisser suivre si jamais vous trouvez une bonne raison d’arrêter de frapper pendant plus de quatre secondes, et le gameplay est assez jouissif, même s’il mise clairement sur la vitesse et sur la quantité de l’opposition plutôt que sur un aspect véritablement technique. Dans tous les cas, on mord immédiatement à l’hameçon et les 45 minutes nécessaires à la complétion du titre passent presque trop vite. Comme quoi, il y a des domaines où le jeu vidéo s’en sort définitivement mieux que le cinéma.

Vidéo – Le premier niveau du jeu :

NOTE FINALE : 18/20 En terme d'action totalement décomplexée, Alien vs. Predator atteint à n'en pas douter des sommets. Grâce à un système de jeu simple sans être simpliste et à une aventure rondement menée, avec juste ce qu'il faut d'idées et de variété pour ne pas nous donner envie d'aller jouer à autre chose au bout de vingt minutes, le Beat-Them-All futuriste de Capcom nous offre tout ce qu'on était en droit d'attendre: du fun, de l'adrénaline et du grand spectacle, seul ou à plusieurs. Certes, le concept de base n'a pas évolué d'un iota: il s'agit toujours de faire le ménage avec tout ce qui nous passe par la main. Mais entre le charisme des protagonistes, le charme de l'univers et l'efficacité brutale de la chose, on n'a au final qu'une seule envie: se délester de toute notre monnaie pour mener la mission à son terme. C'est bien là l'essentiel, non? CE QUI A MAL VIEILLI : - Le gameplay aurait pu être un chouïa plus technique - La narration n'apporte pas grand chose et ralentit inutilement l'action

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt + 17 =