Pong

Cette image provient du site https://flyers.arcade-museum.com/

Développeur : Allan Alcorn
Éditeur : Atari, Inc.
Testé sur : Arcade
Disponible sur : Des dizaines de systèmes dédiés, des dizaines de compilations, sans compter les centaines de clones

La série Pong (jusqu’à 2000) :

  1. Pong (1972)
  2. Pong Doubles (1973)
  3. Elimination! (1973)
  4. Superpong (1974)
  5. Pin Pong (1974)
  6. Ultra Pong Doubles (1977)
  7. Pong : The Next Level (1999)

Version Arcade

Date de sortie : 29 novembre 1972
Nombre de joueurs : 2
Disponible en français :
Disponible en anglais :
Version testée : Révision E
Spécificités techniques : Hardware : 66 puces logiques TTL

Ted Dabney (à gauche), Nolan Bushnell (au centre) et Allan Alcorn (complètement à droite). Image : https://cdn.kulturegeek.fr

Aujourd’hui, voici un article un peu spécial.

D’ailleurs, vous remarquerez que je n’ai pas parlé de « test ». La démarche de RetroArchives.fr est pourtant de présenter des titres en détails pour déterminer s’ils peuvent encore se montrer amusants aux yeux d’un joueur du XXIe siècle en fonction de ses goûts et de ses attentes, mais autant le dire très clairement : on aborde ici une période où la plupart des jeux vidéo étaient tout simplement trop primitifs pour qu’on puisse consacrer plus de quelques lignes à les décrire et à s’étendre sur leur potentiel ludique. Vous n’avez jamais entendu parler de Pong ? Ce serait déjà assez surprenant, tant le titre tend à être systématiquement présenté comme le point de départ de l’histoire du jeu vidéo – quelle que soit la part de mythe dans cette affirmation. Mais au cas où son simple nom ne vous aurait pas déjà vendu la mèche, figurez-vous un programme d’une rare simplicité : deux rectangles en guise de raquettes, un carré en guise de balle, aucune intelligence artificielle (la borne originale se jouait obligatoirement à deux) et le premier à onze points a gagné. Voilà, le test en lui-même a d’ores et déjà été réalisé : comme on peut s’en douter, c’est suffisamment basique pour être amusant vingt secondes, mais les logiciels proposant la même chose en mieux se comptant littéralement en milliers, on se doute qu’il faudrait vraiment être un ermite n’ayant jamais approché un jeu vidéo de toute son existence pour avoir une chance d’être happé par le concept de nos jours. Or comme on l’a vu, c’est justement là que s’inscrit l’histoire de Pong : au tout début… ou pas loin.

Le jeu en lui-même, résumé en un écran

Commençons donc par l’histoire en elle-même. En 1972, deux ingénieurs américains nommé Nolan Bushnell et Ted Dabney décidèrent de fonder une compagnie dont l’objectif était déjà très singulier : concevoir des machines électroniques pensées pour le jeu – visant des clients comme le géant du flipper Bally, puisque c’était pour ainsi dire l’un des seuls marchés qui s’offrait à eux à l’époque. La compagnie devait s’appeler « Syzygy » (un nom en rapport avec l’alignement des corps célestes), mais premier couac : les deux ingénieurs découvrirent que le nom était déjà pris. Leur deuxième choix fut donc pioché dans leur jeu préféré, à savoir le Go, en empruntant un terme assez équivalent du mat aux échecs : ainsi naquit Atari.

Ted Dabney, « remercié » par Nolan Bushnell en 1973, aura longtemps été effacé de l’histoire d’Atari avant sa mort en 2018 (image : https://rhodblog.wordpress.com)

Au moment de sa création, et c’est déjà là que l’histoire commence à se séparer de la légende, Atari avait déjà un jeu électronique à son actif : celui-ci s’appelait Computer Space, et était d’ailleurs basé sur un système lui-même intitulé Spacewar! et développé par une petite équipe du MIT menée par Steve Russel en 1963 – premier rappel, au passage, que le jeu vidéo n’était pas à proprement parler quelque chose de « nouveau » en 1972, et le fait que certains écoliers américains de l’époque aient déjà été en train de s’essayer à The Oregon Trail devrait suffire à nous le prouver. Toujours est-il que pour créer Pong, Nolan Bushnell sera allé débaucher un ingénieur de chez Ampex, un certain Allan Alcorn, après lui avoir montré ce fameux « jeu sur un écran télé » qu’était Computer Space. L’idée était de concevoir une nouvelle borne pour une commande de General Electric : un jeu de ping-pong dont Bushnell décrivit le principe à Alcorn avec un grand luxe de détails, et dont la seule contrainte était qu’il ne devait pas employer plus de 20 puces électroniques. À peine trois mois plus tard, un prototype voyait le jour ; il employait au final 70 puces – trop pour correspondre à la commande de General Electric… qui n’avait jamais existé. Nolan Bushnell, en parfait bonimenteur, avait inventé toute l’histoire pour motiver Alcorn à se lancer dans la conception de la borne. Et le pire ? Le concept du jeu n’était même pas original : Bushnell n’avait fait que décrire à son nouvel employé un jeu nommé Table Tennis et qui avait été commercialisé quelques semaines plus tôt sur la première console de jeu vidéo de l’histoire : l’Odyssey de Magnavox. Un grotesque plagiat que le cofondateur d’Atari pense de toute façon sans conséquence : dans son esprit, Pong rencontrera probablement un succès assez confidentiel, à l’image des 1500 unités de Computer Space vendues et que la plupart des joueurs trouvaient trop complexe à utiliser. Au final, une action en justice de Magnavox obligera Bushnell à leur verser 700.000$ en 1976 en échange de la licence d’exploitation du jeu – une belle somme, mais à peine une paille comparé aux quelques 40 millions de dollars de chiffre d’affaire générés par la borne l’année précédente…

Une des très nombreuses versions domestiques du jeu, dont la plupart étaient des système dédiés (image : https://fr.wikipedia.org)

La légende de Pong, à bien des niveaux, aura été composée de mensonges ou de demi-vérités – un assez bon résumé d’une époque pionnière où les roublards et les petits malins pouvaient réellement devenir les rois du pétrole avec une bonne idée, beaucoup de culot et de l’ambition à revendre. Allan Alcorn lui-même pourrait en témoigner : pour le faire signer dans sa jeune entreprise et lui faire concevoir Pong, Nolan Bushnell lui aura déjà menti au moins deux fois. Sur le faux contrat à General Electric, comme on l’a vu, mais aussi en omettant de lui préciser que Bushnell et Dabney, derrière leur narratif d’ingénieurs ayant tout plaqué pour créer leur entreprise, étaient toujours employés à plein-temps (avec le salaire afférent) chez Nutting Associates, la compagnie qui produisait et vendait Computer Space ! Toujours est-il que nous en arrivons à ce moment où la légende rejoint (enfin) l’histoire : à l’été 1972, Alcorn, Dabney et Bushnell auront emporté leur machine – une simple boîte en bois peinte en orange et glissée dans un tonneau – jusqu’au bar le plus proche de leur locaux : Andy Capp’s Tavern, à Sunnyvale, Californie. Installée au milieu des flippers, l’étrange machine ne semble au premier abord soulever qu’une attention polie. Mais, à peine une semaine plus tard, le propriétaire du bar appelle Nolan : il y a un problème avec la borne. Rendu sur place pour analyser le problème, Bushnell est accueilli par un petit groupe de fans du jeu, à qui il explique qu’il va devoir jouer quelques parties pour identifier et déterminer la cause du problème en question. Il va donc déverrouiller le monnayeur du système pour pouvoir accéder à l’interrupteur autorisant les parties gratuites placé à l’intérieur. Il découvre alors l’origine de la panne : la machine avait engrangé tellement d’argent – plus de cent dollars en pièces de 25 cents – que l’accumulation de monnaie avait fini par bloquer le mécanisme d’allumage…

Allan Alcorn (à gauche) avec Ralph Baer, le créateur de l’Odyssey, le 20 février 2008 (image : https://fr.wikipedia.org)

Quelques semaines plus tard, dix bars hébergeaient une borne de Pong. En dépit de constants problèmes matériels, les machines généraient environ 150$ de revenus par semaine, soit trois à cinq fois ce que rapportait le flipper moyen. Le jeu était intuitif, il était simple, il était nouveau : les gens n’avaient pas encore eu l’occasion de jouer sur un écran cathodique (l’Odyssey était distribuée de façon très marginale). Bientôt, Alcorn entendit parler de files d’attente qui se formaient devant les bars à neuf heures du matin – pas pour aller boire, mais bien pour jouer à Pong. L’argent tombait à présent si vite que Steve Bristow, l’étudiant chargé d’aller récolter le contenu des monnayeurs, était effrayé à l’idée de se promener avec des sacs contenant plus de 1000$ en petite monnaie. Il demandait à sa femme de l’escorter avec une hache (!). Il était temps pour Atari de passer à la production à grande échelle – avec le succès que l’on sait.

Le jeu comprenait un bug qui empêchait la raquette d’atteindre une balle placée précisément en haut de l’écran ; celui-ci n’aura jamais été corrigé, officiellement pour écourter les parties

Pong ne fut donc pas le premier jeu vidéo, il ne fut même pas le premier jeu vidéo d’Atari, et il ne fut pas davantage le premier jeu vidéo de ping-pong. Il ne fut d’ailleurs pas le second non plus : on trouve déjà trace d’un jeu de raquette à pratiquer sur oscilloscope dès 1958, bon rappel que le jeu vidéo n’est pas sorti magiquement de nulle part en 1972. Ce qu’il fut, en revanche, fut le premier véritable succès commercial de l’ère vidéoludique, marquant à la fois la naissance d’une industrie appelée à dynamiter jusqu’à celle du cinéma, celle de la pionnière que fut la compagnie Atari, et le point de départ d’une légende qui, comme on l’aura vu, aura déjà eu le temps d’écrire – et de réécrire – ses propres mythes. Vendu à 200.000 unités dès sa première année de commercialisation, le jeu aura engendré ses propres systèmes dédiés, ses variations, ses centaines de portages et une telle profusion de clones qu’entreprendre de tous les tester pourrait devenir l’unique vocation du site pour les dix ans à venir. Qu’importe, au fond : la seule chose qui compte est que Pong soit tout cela ; à la fois une légende, un mythe, un acte de naissance pour un médium devenu depuis une forme d’art à part entière. Une bien lourde responsabilité pour un plagiat de jeu de ping-pong, mais parfois, c’est cela aussi qui est beau : être au bon endroit au bon moment avec la bonne idée en sachant se donner les moyens de la concrétiser et de la faire fructifier. Si vous êtes aujourd’hui en train de lire ce site, c’est aussi un peu grâce à ceux raquettes qui s’envoyaient un carré. Quand on y pense, c’est quand même vertigineux, non ?

NOTE FINALE : -/20 Pong est, à bien des niveaux, une légende. Le jeu imaginé par Nolan Bushnell et conçu par Allan Alcorn est parfois présenté comme le premier jeu vidéo, ce qu'il n'est pas - ce n'est même pas le premier jeu de ping-pong électronique de l'histoire, et il pousse même le vice jusqu'à être un plagiat plus ou moins assumé d'un titre paru la même année sur Odyssey. Qu'importe, il reste beaucoup de choses : l'un des premiers grands succès vidéoludiques, l'acte de naissance d'Atari, le vrai point de départ de l'industrie du jeu vidéo, et un symbole pertinent à bien des niveaux de la façon dont sera né un medium devenu si populaire qu'il en aura détrôné jusqu'au cinéma. Et tout cela sera parti de deux rectangles blancs se renvoyant un carré devant un fond noir... Aujourd'hui encore, Pong tient presque du mythe, tant il est devenu l'archétype du jeu dont tout le monde a obligatoirement entendu parler et auquel personne n'a jamais joué - ni n'en a même ressenti l'envie ou la curiosité. Après tout, on parle d'un concept si primitif qu'il n'a nul besoin d'être découvert, et le noter n'aurait absolument aucun sens - ce serait un peu comme noter un alphabet ou une grammaire. Mais au nom de l'histoire vidéoludique auquel ce site entend contribuer à sa modeste manière, sa place n'était pas juste dans un musée, elle était également dans ces pages. Voilà qui est dorénavant fait.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :