Kung’Fu Master

Cette image provient du site https://www.mobygames.com

Développeur : Irem Corp.
Éditeur : Irem Corp.
Titre original : Spartan X (Japon)
Titre alternatif : Kung-Fu Master (écran-titre)
Testé sur : Game Boy

La série Spartan X :

  1. Kung-Fu Master (1984)
  2. Kung’Fu Master (1990)
  3. Spartan X 2 (1991)

Version Game Boy

Date de sortie : 11 décembre 1990 (Japon) – 1991 (États-Unis)
Nombre de joueurs : 1
Disponible en Français : Non
Version testée : Version américaine
Spécificités techniques :

On n’y pense pas forcément aujourd’hui, mais développer un jeu pour la Game Boy à ses débuts était autant un pari qu’une colle. Un pari, car cela venait à consacrer des ressources à une machine dont on ignorait encore si elle serait un tabac, un simple gadget ou quelque chose entre les deux – et l’exemple du Virtual Boy devrait suffire à nous rappeler que même Nintendo peut se planter en beauté dans le domaine.

Le jeu vous annonce le programme, et il sera vite bouclé

Une colle, parce qu’entre sa résolution en 160×144, ses quatre nuances de gris et son processeur à 4MHz, autant dire qu’ développer n’importe quel jeu demandait en règle générale de le repenser de fond en comble rien que pour le garder jouable et lisible. Autant dire qu’avant de prendre des risques, bien des équipes de développement auront pris le soin de tâter le terrain en exhumant de vieilles licences qui avait à la fois le mérite de leur renommée et celui d’avoir été pensées au début des années 80, à l’époque où les bornes d’arcade présentaient un hardware un peu plus comparable à celui de la petite portable. Voilà donc comment on vit débarquer nul autre que l’antique Kung’Fu Master six ans après sa sortie originale, mais histoire de le dépoussiérer un peu, on en profita aussi pour en offrir une version totalement inédite.

Désormais, le kung-fu se pratique en terrain accidenté!

De fait, le jeu a beau reprendre (au Japon) le nom du film de Jackie Chan qui avait inspiré le titre originel, vous constaterez vite qu’il s’en affranchit dans les grandes largeurs. Plus de dulcinée à sauver, plus de restaurant à prendre d’assaut: vous irez cette fois bottes les fesses d’une suite de combattants en en profitant pour vous balader en ville – enfin, principalement dans la zone industrielle, à la Vigilante.

Dès le premier niveau, Irem assure son autopromotion

D’ailleurs, la boîte américaine du jeu fait cette fois référence à un héros nommé Bruce Leap (!) lors d’un résumé totalement fumé qui le définit comme « chamelier à mi-temps » (!!) face à un grand méchant nommé Daddy Long Legs – littéralement « Papa Longues Jambes » (!!!). Autant dire que ce n’est visiblement pas sur son scénario que le logiciel va s’appuyer pour nous proposer de ré-entreprendre à peu près la même chose que dans l’opus original: éliminer des méchants en un coup, éviter des pièges et aller battre un boss à la fin – avec en prime quelques petites séquences de plateforme histoire d’habiller des niveaux dont la durée de vie dépasse rarement la minute.

Ce boss est une vraie cochonnerie, mais c’est aussi la seule difficulté du jeu

On reprend donc les base de Kung-Fu Master premier du nom: un bouton pour les coups de pied et un bouton pour les coups de poing… plus la flèche du haut pour sauter, ce qui n’est vraiment pas la meilleure idée du jeu. Surtout lorsqu’on constate que les poings font exactement les même dégâts que les pieds et pratiquement à la même vitesse, sauf qu’ils ont une portée plus courte.

S’il vous ennuie avec ses bidons, restez à gauche: il n’en aura plus…

Du coup, on aurait peut-être pu réserver un bouton pour le saut, non? Histoire de mettre un peu de sang neuf, on a désormais la possibilité de faire un saut périlleux en l’air, et on peut également ramasser occasionnellement des bombes qui pourront aider à faire de gros dégâts lors de la prochaine attaque. Pour le reste, l’action se limite à avancer vers la droite, à éliminer des adversaires pas bien vaillants, à sauter dur des tapis roulants ou à éviter des obstacles et à vaincre le boss avant de retourner faire la même chose au niveau d’après. Sur le papier, rien de franchement bouleversant, mais cela a au moins le mérite d’être simple et efficace.

Des pièges, des ennemis qui trépassent en un coup: autant dire la base

Dans les faits, et en dépit de la présence de deux niveaux de difficulté, vaincre le jeu devrait vous prendre environ dix minutes. Face à la Game Boy, Irem aura visiblement opté pour le verdict du petit gadget conçu pour s’occuper les mains: les niveaux se parcourent parfois en une poignée de secondes (le dernier, au hasard), la plupart des ennemis n’opposent qu’une résistance très symbolique – sans doute parce qu’ils ne sont vraiment pas nombreux, les rares passages de plateforme sont d’une simplicité ahurissante, quant aux boss, ce sont vraiment les seuls à demander un tantinet de stratégie… en dépit d’un équilibrage raté.

Combat sur un train!

Le dernier boss doit ainsi être le plus simple de tous une fois que vous avez appris à éviter son unique attaque dangereuse, et les autres ne devrait pas vous résister beaucoup plus longtemps, à l’exception de ce boss ultra-pénible avec son lance-flamme qui peut vous coincer et vous occire en une demi-seconde et qui est à peu près inapprochable! Bref, ce qui n’est pas désespérément simple est atrocement dur, le temps, comme souvent, de dompter le truc (ou de foncer en tapant et en priant pour que ça marche), ce qui pourrait étendre la durée de vie jusqu’à un quart d’heure.

Le boss final est une vaste blague

On ne va donc pas se mentir: Kung’Fu Master fait partir de ces petits jeux sans prétention ni ambition qui acquièrent l’essentiel de leur valeur affective précisément à partir de l’instant où on les connait par cœur et où on est capable de les vaincre avec une seule main et les yeux bandés.

« Ah, mais… c’est déjà fini? »

Un titre tout à fait pensé pour les parties de dix minutes, le problème étant qu’il n’a vraiment rien d’autre à offrir passé ce délai. La réalisation est correcte et a le mérite d’être lisible, les coups sortent bien, en revanche la musique joue faux, ce qui est un exploit, et on aura vite fait de couper le son avant que nos voisins de siège dans l’abribus ne commencent à nourrir l’envie de nous faire manger notre appareil qui fait un bruit désagréable. Exactement le genre de logiciel occupe-doigts qu’on ressort de temps à autres, l’esprit vide, spécifiquement parce qu’on a envie de tout sauf de réfléchir ou de faire un effort. Mais soyons bien clair: pour les fans acharnés de die-and-retry, pour les amateurs de gameplay léché et pour ceux qui aiment être surpris au cours d’une partie, le constat est le même: totalement oubliable.

Vidéo – Le premier niveau du jeu :

NOTE FINALE : 10,5/20 Dans la famille "petits jeux terminés en dix minutes avec des niveaux sans intérêts et des boss pénibles", je demande Kung'Fu Master sur Game Boy! Adaptation vaguement originale du titre qui avait fait les beaux jours d'Irem sur arcade, le logiciel repensé pour la portable ne réussit jamais à être ce qu'était son illustre modèle, à savoir un jeu précis demandant autant de réflexes que de mémoire. Dans des niveaux qui ne sont que des couloirs de quelques écrans avec occasionnellement une infime phase de plateforme, on a à peine le temps d'éloigner quelques ennemis génériques qu'on tombe déjà sur des boss qui sont soit inapprochables, soit éliminés en cinq secondes. L'existence de deux modes de difficulté ne suffira hélas pas franchement à masquer le manque ahurissant de contenu d'un titre dont on mettra difficilement plus d'une demi-heure à faire le tour. Décevant.

CE QUI A MAL VIEILLI : – Durée de vie: dix minutes... – ... et les seuls passages difficiles sont à la fois injustes, frustrants et totalement aléatoires – Une jouabilité qui trouve le moyen d'être pénible alors qu'il n'y a que deux coups... – ...et très honnêtement, vu son utilité, on aurait pu se passer du coup de poing

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf + cinq =