Kabuki-Z

Développeur : Kaneko Co., Ltd.
Éditeur : Taito Corporation
Testé sur : Arcade

***** Version Arcade *****

Année de sortie : 1988
Nombre de joueurs : 1
Disponible en Français : non
Version : Internationale

L’introduction du jeu:

Le jeu vidéo, comme n’importe quel autre domaine artistique et/ou commercial connait des effets de mode. C’est normal. Après un succès commercial initiant une frénésie autour d’un titre, puis d’un genre, difficile de ne pas imaginer la concurrence venant s’aligner sur ce qui marche histoire de profiter des retombées positives de la dernière tendance du moment. Ainsi, de la même façon que le début des années 90 se sera vu inondé de clones plus ou moins inspirés de Street Fighter II, la fin des années 80, elle aura dû composer avec une série inépuisable de Beat-them-all installés dans la traine du tabac commercial qu’avait été Double Dragon. Si le concept du combat de rue opposant le joueur à des bandes de loubards aura longtemps eu le vent en poupe, certains studios auront décidé de décliner le concept dans des cadres un peu plus dépaysants, comme SEGA avec son Golden Axe… ou Kaneko avec Kabuki-Z, le titre qui nous intéresse aujourd’hui.

Combat au sommet qui, selon votre bonne étoile, durera entre quinze secondes et cinq bonnes minutes

Qu’est-ce que le Kabuki? Eh bien, pour tenter d’y répondre en quelques mots, disons simplement que le Kabuki est une des formes du théâtre japonais traditionnel. Postulat original: allons-nous donc jouer un comédien? Heu, non, nous sommes apparemment aux commandes d’un samouraï.

Le jeu mélange les styles et les époques sans aucune forme de logique

Je dis « apparemment », car vers le milieu du jeu (c’est à dire au bout de dix minutes), notre héros se transforme soudain en gladiateur tendance « antiquité grecque » transporté dans un cadre médiéval (oui, cela fait effectivement trois anachronismes en une seule phrase) jusqu’à la fin de la partie. Pourquoi? Eh bien on ne le saura probablement jamais, Kabuki-Z ne nous gratifiant même pas d’une quelconque ligne de contexte ou de scénarisation. L’écran-titre vous montrera simplement un homme à l’identité inconnue en train de commettre l’acte de seppuku (ou hara-kiri, si vous préférez) avant qu’un autre personnage ne vienne lui donner le coup de grâce en le décapitant comme le demande le rituel. Ce sera là la seule histoire dont vous disposerez – ce qui aura au moins le mérite de vous indiquer, au passage, que le jeu compte visiblement appuyer une partie de sa réputation sur un aspect gore totalement gratuit qui aura bien du mal à faire lever un sourcil au joueur du XXIe siècle.

La réalisation du jeu serait tout à fait honnête sans ces animations ridicules

Vous débutez donc la partie avec votre personnage de samouraï/gladiateur lâché dans un environnement très japonisant dont vous ne profiterez pas très longtemps, puisque la plupart des niveaux du titre s’étendent sur à peine trois écrans – ce qui, vu la taille de votre héros, se traversera très vite. L’occasion de constater que les graphismes, sans être extraordinaires, sont relativement honnêtes pour un titre de 1988. Les animations, en revanche, risquent de vous prendre par surprise: votre héros « glisse » plus qu’il ne marche, traversant un écran en quelques secondes là où les quelques malheureux petits pas qu’il effectue devraient l’empêcher d’avancer à plus de deux kilomètres/heure. Le comble du ridicule étant atteint lorsque l’on réalise que ledit héros avance très exactement à la même vitesse lorsqu’il est accroupi, ce qui constitue un bel exploit. Accroupi? Oui, car afin de se distinguer de la concurrence, le titre compte manifestement s’appuyer sur une jouabilité toute particulière.

On ne saura jamais pour quelle raison notre samouraï se transforme en gladiateur court-vêtu à la moitié du jeu

À première vue, difficile pourtant d’imaginer monts et merveilles à partir des deux boutons de la borne d’arcade. Sans surprise, l’un d’eux sert à frapper. L’autre servira-t-il à sauter? Que nenni! Sauter nécessitera en fait d’appuyer sur les deux boutons à la fois, et représentera un acte totalement inutile pendant la quasi-totalité du jeu. Non, votre premier bouton servira en fait, soit de parade soit, une fois accompagné d’une direction, à changer de posture. Votre héros peut effectivement passer à la volée d’une posture à une autre dans une sélection de trois: une attaque portée depuis au-dessus de sa tête, une attaque au niveau du torse, et enfin une attaque accroupie portée au niveau des jambes. Tout l’intérêt de se système de posture se révèlera lors des combats de boss ou de demi-boss – c’est à dire très vite, les niveaux étant généralement composés d’un boss et d’un demi-boss entrecoupés d’adversaires inoffensifs tuables en un seul coup et qui serviront grosso modo à vous lâcher des bonus, une partie servant à restaurer vos points de vie et l’autre… ne servant à rien, puisque le jeu ne bénéficie même pas d’un système de score.

Admirez la trappe, qui n’est pas dans la même perspective que le sol, qui n’est lui-même pas dans la même perspective que le mur

Sur le papier, le principe est assez simple: vous ne pouvez toucher un adversaire qu’à partir du moment ou celui-ci est dans une posture différente de la vôtre. Sachant que vos ennemis disposent très exactement de la même étendue de mouvements que vous, on pourrait donc espérer des combats assez tactiques basés sur l’observation ou sur l’adaptation permanente… dans les faits, hélas, strictement rien ne permet d’anticiper la posture adoptée par votre adversaire, et une seule méthode conventionnée vous permettra de venir à bout des combats: faire absolument n’importe quoi, n’importe comment, de façon totalement anarchique, en priant pour que ça marche. Histoire d’ajouter une mauvaise idée à un concept déjà pas franchement bien rôdé, plusieurs boss disposent d’une compétence très désagréable qui paralysera votre personnage pendant quelques instants à chaque fois qu’une de ses attaques se verra parée. Au cas où on ne se sentirait pas déjà suffisamment spectateur d’un système reposant quasi-exclusivement sur la chance…

Les quelques adversaires qu’on vous oppose entre deux combats de boss ne servent pas à grand chose d’autre qu’à vous donner une occasion de remonter votre vie

Pour finir de parfaire le tableau, on ajoutera que Kabuki-Z trahit à de très nombreux niveaux plusieurs indices désignant un titre inachevé et publié beaucoup trop vite pour son propre bien. La « fin » du jeu est un simple message technique indiquant la version de la borne (classe!), les niveaux sont ridiculement courts, on n’aura jamais aucune idée des enjeux de la partie ni de l’identité de notre héros ni même du rapport avec le titre du jeu, et même les crédits sont remplis de coquilles… Bref, une sorte de version Alpha mal dégrossie publiée à la va-vite en quête d’un peu d’argent facile, là où parvenir à transformer ce concept boiteux en un jeu à peine honnête aurait de toute évidence nécessité au grand minimum huit à dix mois de développement supplémentaire. Mais en voyant ce que donne l’ersatz de jeu distribué dans les salles d’arcade, on comprendra que Kaneko ait préféré arrêter immédiatement les frais. Dommage pour les (rares) joueurs qui auront gaspillé de l’argent dans cette parodie de jeu.

Le premier niveau du jeu:

NOTE FINALE : 06/20

En dépit de son désir de hurler sa différence, Kabuki-Z n’est finalement qu’un beat-them-all pire que médiocre où tout ce qui n’est ni creux ni atrocement générique se révèle être une suite de mauvaises idées. En plus d’une réalisation où le passable côtoie le grotesque, le titre de Kaneko pâtit à la fois d’une jouabilité pensée avec les pieds, d’un level design qui est une honte, d’une longévité qui aura au moins le mérite d’écourter la souffrance et d’un scénario totalement incompréhensible sans aucun rapport avec son titre. Bref, un petit titre fainéant et opportuniste programmé en urgence et absolument pas fini: ni fait, ni à faire.

CE QUI A MAL VIEILLI :

– Les graphismes sont corrects pour 1988, mais l’animation est une vaste blague qui risque de ne pas vous faire rire longtemps

– Le système de « posture » n’apporte absolument aucune profondeur et limite la moitié du temps les combats à un vaste n’importe quoi se jouant davantage sur la chance que sur une quelconque forme de dextérité

– Les cinq niveaux du jeu se bâclent en un quart d’heure

– Bon, mais en fait, c’était quoi, le but du jeu?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + 16 =