Axelay

Cette image provient du site https://www.thecoverproject.net

Développeur : Konami Co., Ltd.
Éditeur : Jonami, Inc.
Titre original : アクスレイ
Titre alternatif : 엑서레이 (Corée)
Testé sur : Super Nintendo
En vente sur : Nintendo eShop (Wii U)

– Version Super Nintendo –

Année de sortie : 1992
Nombre de joueurs : 1
Disponible en Français : Non
Version testée : Européenne
Spécificités techniques :

Vidéo – L’introduction du jeu :

On tendrait presque à l’oublier tant la compagnie japonaise est parvenue à se faire un nom dans pratiquement tous les domaines, mais Konami était également une société célèbre, dès les années 80, pour la qualité de ses Shoot-Them-Up.

Le choix des armes est globalement sous-exploité

Il faut dire que quand on comporte, dans son catalogue, des sagas aussi célèbres que Gradius ou Parodius, il y a de quoi avancer des arguments très pertinents face aux autres séries marquantes de l’époque, qu’elles s’appellent R-Type ou Thunder Force. Alors quand Konami sort un Shoot-Them-Up en exclusivité sur Super Nintendo (suivant ainsi la loyauté indéfectible qui avait lié la compagnie à Nintendo pendant toutes les années 80 – les choses allaient changer pendant les années 90), on a envie de se frotter les mains et de regarder ce que l’une des machines à succès de l’époque a bien pu nous concocter cette fois.

Axelay, un jeu qui en a dans le ventre

Un système solaire menacé par une race extraterrestre, un ultime vaisseau envoyé faire ce que le reste de l’armée n’est pas parvenu à faire… Ce n’est pas du côté du scénario qu’Axelay innove, même si on pourra apprécier la présence d’une cinématique d’introduction très soignée, ce qui était loin d’être la règle à l’époque, en particulier pour un Shoot-Them-Up.

Mieux vaudra être très mobile, sous peine de mort

Le titre de Konami vous place, sans surprise, aux commandes d’un vaisseau surarmé qui devra vaincre un n-ième empire du mal au terme de six niveaux revisitant des thèmes très familiers. Son arsenal se limitera, à l’origine, à trois types de tir, que vous pourrez choisir en préambule de chaque niveau. Votre arsenal s’enrichissant au terme de chaque mission réussie, c’est au final au sein de pas moins de huit armements que vous pourrez vous équiper – ce qui fait d’ailleurs regretter que ce choix ne soit pas disponible dès le début du jeu, l’ultime pouvoir n’étant ainsi accessible que pour les deux derniers niveaux. Toujours est-il que, confronté à une sélection imposée au lancement de la partie (on n’a de toute façon que trois tirs), on se lance en attendant de voir ce que le jeu à en réserve pour nous.

On retrouve des idées directement importées de Nemesis, comme ces obstacles à détruire

C’est d’ailleurs dès le décollage qu’Axelay a deux surprises à nous offrir. La première, c’est qu’à choisir entre les deux standards de l’époque, à savoir le défilement vertical et le défilement horizontal, le titre de Konami aura tout simplement opté pour les deux!

Évidemment qu’il y aura des vaisseaux géants!

Exactement comme Thunder Force II près de quatre ans avant lui, Axelay alterne entre les deux styles, proposant trois niveaux verticaux et trois niveaux horizontaux – offrant ainsi une approche sensiblement différente selon l’angle choisi. Parler de « défilement vertical » n’est peut-être pas tout à fait honnête, ceci dit: la deuxième surprise du jeu est en effet le recours au célèbre Mode 7 de la Super Nintendo pour générer un effet de profondeur en pseudo-3D. L’objectif est clairement d’en envoyer plein les yeux, le titre étant d’ailleurs une véritable démo technique de l’encore toute jeune console 16 bits: zooms, rotations, distorsions, transparences; tout y passe, histoire de bien montrer ce que la machine de Nintendo a dans le ventre!

Le décor sera souvent un ennemi redoutable

Soyons honnête: l’effet pseudo-3D employé dans ces niveaux peine aujourd’hui à faire illusion: on a surtout l’impression de voler en rase-motte au-dessus d’un cylindre qui se déroulerait sous notre vaisseau. Plus gênant: cette vue inhabituelle handicape quelque peu la précision de vos tirs dirigés vers le fond de l’écran, et surtout elle semble imposer au jeu un rythme assez lent, pour ne pas dire paresseux, qui tranche radicalement avec la frénésie des références de l’époque – une sorte d’anti-Thunder Force IV, si vous préférez.

Les stages horizontaux sont les moins originaux, mais les plus jouables

Il en résulte une expérience un peu déstabilisante, où l’adrénaline laisse la place à une concentration extrême, le jeu pouvant se montrer assez exigeant et les niveaux étant surtout assez longs – ce n’est pas Blood Money, mais on n’aurait quand même largement voté pour davantage de niveaux plus courts. Les environnements font certes des efforts pour évoluer, parfois au sein d’un même niveau, mais à ré-explorer les sempiternels environnements biomécaniques et autres planètes volcaniques, on a parfois l’impression de jouer à un milliardième clone de R-Type ce qui, cinq ans après la sortie du hit de Irem, commençait à devenir un peu lassant.

Le jeu comporte plusieurs passages un peu plus originaux, mais que l’univers semble redondant…

Fort heureusement, Axelay a aussi bien des arguments en sa faveur, à commencer par sa réalisation – moins tape à l’œil que ce qu’elle ambitionnait, certes, mais qui reste quand même sans difficulté dans le haut du panier de la console. Les boss, en particulier, sont massifs et superbement animés, et il arrive fréquemment que les stages à défilement horizontal soient noyés de tirs. Le tout sans le moindre ralentissement – une vraie performance pour un système qui aura souvent pâti de la faiblesse de son processeur, en particulier pour les Shoot-Them-Up. Il faudra en revanche accepter de composer avec quelques clignotements de sprites lors des séquences les plus gourmandes mais, objectivement, cela reste du très beau boulot.

Le premier boss peut déjà se montrer exigeant

Au final, on est presque surpris de reprocher à ce Axelay un certain déficit d’âme: le titre a beau chercher à hurler son identité à chaque instant, il reste finalement un titre assez convenu, n’inventant strictement rien en terme de gameplay (pas même son alternance vertical/horizontal), et caractéristique surtout pour ses niveaux en Mode 7 qui sont, paradoxalement, également les moins agréables à parcourir.

Les meilleurs moments du jeu sont plutôt sur la fin

Tous les amateurs du genre auront raison d’être tentés d’y jeter un œil: il demeure un logiciel particulièrement représentatif de ce qu’on pouvait espérer tirer d’une Super Nintendo en début de vie. Pour les néophytes, en revanche, ou ceux qui chercheraient à être réellement surpris, il n’est pas dit que le charme opère suffisamment pour transformer le jeu en expérience réellement marquante. Le genre de curiosité à essayer au moins une fois, le temps de voir si vous accrochez.

Vidéo – Le premier niveau du jeu :

NOTE FINALE : 15,5/20 En cherchant à mettre en avant la forme, Axelay n'aura pas transcendé le fond: original dans sa représentation, le titre de Konami échoue hélas à surprendre au-delà de son alternance entre les niveaux à défilement vertical et ceux à défilement horizontal. Avec peu d'idées originales et un faux rythme qui tranche avec celui des canons du genre, le titre ronronne quitte, parfois, à s'égarer quelque peu en chemin. Le recours au Mode 7 restera plus, pour sa part, comme un gadget plutôt daté loin de justifier à lui seul l'achat du logiciel. Sans passer un mauvais moment - le titre comporte, après tout, sa dose de morceaux de bravoure - le joueur lambda pourrait malgré tout finir par trouver le temps un peu long, la faute à un certain classicisme dans les environnements et dans les mécanismes qui échouent à donner au titre la personnalité qu'il revendiquait. Une curiosité. CE QUI A MAL VIEILLI : – Niveaux trop longs, boss trop longs, le jeu est mal rythmé – Avoir accès à tous les types de tir dès le début de la partie n'aurait pas été un mal – Une certaine mollesse dans le déroulement général, particulièrement dans les stages verticaux – Les niveaux employant le Mode 7 ont plutôt plus mal vieilli que le reste

Konami ’88

Cette image provient du site https://flyers.arcade-museum.com

Développeur : Konami, Inc.
Éditeur : Konami, Inc.
Titre original : Hyper Sports Special
Titre alternatif : ’88 Games (Amérique du Nord)
Testé sur : Arcade

La série Hyper Sports (jusqu’à 2000) :

  1. Track & Field (1983)
  2. Track & Field II (1984)
  3. Konami ’88 (1988)
  4. International Track & Field (1996)
  5. Nagano Winter Olympics ’98 (1998)
  6. International Track & Field 2 (2000)
  7. International Track & Field (2000)

– Version Arcade –

Année de sortie : 1988
Nombre de joueurs : 1 à 4
Disponible en français : Non
Version testée : Européenne
Spécificités techniques :

Vidéo – L’écran-titre du jeu :

À l’instar de la comète de Halley, les jeux olympiques d’été sont un événement qui revient périodiquement afin d’illuminer l’humanité rassemblée, laquelle semble d’ailleurs y prendre un plaisir que je laisserai le soin aux futurs anthropologues d’expliciter tant il me passe personnellement si loin au-dessus de la tête qu’on pourrait le comparer à la comète évoquée plus haut, comme quoi l’image n’était pas si mal choisie que ça. Aussi surprenant que cela puisse paraître aux yeux des jeunes générations, les jeux olympiques n’ont pas toujours été une compétition apte à masser des milliards de personnes devant leur téléviseur – loin de là – et il en va de même pour leurs adaptations vidéoludiques qui ne sont pas toujours bousculées au portillon à chaque année bissextile, à tel point qu’il est encore difficile aujourd’hui de trouver une série chargée de transformer l’événement en jeu vidéo qui ait réussi à faire l’unanimité autour de son nom.

Avec des qualifications au 100m en 17 secondes, on ne va pas les accuser de se doper

Pour les vieux de la vieille, Track & Field est pourtant un titre qui soulèvera une petite larme nostalgique, bien que la saga qu’il incarne ait eu un peu de mal à se faire connaître en Europe, la faute à une profusion de noms qui rend l’ordre des épisodes quelque peu difficile à suivre – comme vous le prouvera la liste en ouverture du test. C’est pourquoi Konami ’88 – qui ne s’intitule « Track & Field » dans aucune de ses itérations en dépit de ses trois titres – est certainement passé quelque peu sous les radars alors qu’il lui aurait suffi de capitaliser sur le nom d’une série relativement célèbre. Sic transit marketum idealacum, ce qui ne veut rien dire mais qu’on pourrait traduire par « cherche pas à comprendre ». Qu’importe: en 1988, c’est une nouvelle fois Konami qui est sur les rangs pour nous proposer un titre dans la droite continuité des principes inaugurés par le premier logiciel de la saga en 1983.

Le relais a apparemment tellement emballé les concepteurs qu’il faudra le courir deux fois

Au menu? Huit épreuves, avec l’athlétisme qui se taille sans surprise la part du lion. Il n’y a pas de sélection, l’ordre est imposé: 100 mètres, saut en longueur, relais 400 mètres, tir au pigeon, 110 mètres haies, tir à l’arc, lancer de javelot… Et puis, mystérieusement, vous aurez le droit en conclusion à une nouvelle séance de relais 400 mètres parce que, heu, voilà, après quoi vous pourrez repartir pour une nouvelle série avec des minima relevés et ainsi de suite jusqu’au Game Over. Les connaisseurs du genre lèveront le nez en disant « ça sent le matraquage de bouton », et ils n’auront pas tout à fait tort. En fait, on pourrait diviser les huit épreuves du jeu en trois catégories: celles qui reposent sur le matraquage convulsif de bouton évoqué plus haut, celles qui reposent sur le timing, et celles qui reposent sur le mélange des deux. Essayons de voir tout cela un peu plus en détail.

Le tir aux pigeons remporte la palme de l’ergonomie douteuse

Le jeu s’ouvre sur l’épreuve la plus universelle, la plus connue et la plus simple: le 100 mètres. Pas de chichi ici: un bouton, on le tape le plus vite possible pour courir et basta. Pas de jauge d’endurance, pas de sens du vent ou de trucs compliqué à gérer: on est en salle d’arcade pour s’amuser le plus vite possible et puis c’est marre. Toutes les épreuves d’athlétismes repartiront de cette base en y ajoutant un deuxième bouton: les épreuves de saut comme celles de lancer vous demanderont d’abord une course d’élan avant de déclencher l’action au moment crucial, mais attention car il y aura une subtilité: il ne faudra pas se contenter d’appuyer sur le bouton au moment de sauter/lancer, mais bien le laisser appuyé un court instant le temps d’afficher l’angle de votre saut/lancer et d’influer sur lui en quelques dixièmes de secondes.

L’habillage du jeu est minimal: on sent bien que le développement n’a pas demandé des années

Si on assimile généralement très vite le procédé – et si l’on comprend vite que l’angle « idéal » est souvent de 45° – les choses peuvent se montrer un peu plus complexes pour l’épreuve de saut en hauteur, où vous n’aurez cette fois aucune ligne ni repère visuel évident pour savoir quand sauter, et où l’angle à adopter est nettement moins évident. Le relais 400 mètres, lui, vous demandera simplement d’appuyer au bon moment à chaque passage de témoin – ce qui ne marche pas à tous les coups sans qu’on sache nécessairement pourquoi.

En l’absence de repères visuels, l’épreuve du saut en hauteur ressemble à une fâcheuse loterie

Les deux épreuves de tir, elles, sont des épreuves de timing et non de visée comme on aurait pu le croire. Le tir à l’arc vous demande ainsi de tirer sur des cibles… mouvantes (!) en prenant en compte la direction du vent et la durée de pression du bouton qui influera sur la hauteur de votre tir. Le tir aux pigeons, lui, est sans doute la pire épreuve du jeu: non seulement les timings sont très serrés, mais en plus la rotation de votre angle de tir ne se fait pas avec le stick (et pour cause, il n’y en a pas!) mais bien… avec les boutons! Oscar du choix le moins ergonomique et le plus anti-naturel qui soit, autant dire que vous risquez de passer pas mal de temps à retenter votre chance (c’est à dire à repasser à la caisse) pour espérer enfin voir la couleur de la prochaine épreuve.

Puisqu’il n’y a pas de stick pour bouger, les cibles auront la générosité de le faire à votre place

Le statut de jeu d’arcade de Konami ’88 reste d’ailleurs sa principale faiblesse: on sent immédiatement un jeu à la durée de vie très limitée et pensé pour des sessions de jeu extrêmement courtes excédant rarement les dix minutes – et encore, à condition d’être bon. Le fait que l’on doive obligatoirement faire les épreuves dans l’ordre imposé et en accomplissant des minimas est sans doute la contrainte la moins justifiable aujourd’hui, surtout pour un jeu dont l’un des principaux attraits reste l’opportunité de le pratiquer en multijoueur, jusqu’à quatre participants.

On peut très vite battre tous les records une fois qu’on a compris le truc

Malheureusement, devoir répéter les mêmes huit épreuves en boucle, toujours dans le même ordre, avec des exigences de plus en plus élevées est un concept qui s’essouffle d’autant plus vite qu’on ne peut pas dire que le gameplay soit extrêmement technique: un assemblage maladroit d’épreuves trop faciles et d’autres trop difficiles ne forme pas vraiment une moyenne harmonieuse. On peut néanmoins passer un bon moment à condition de savoir très exactement ce qu’on est venu chercher, mais l’existence de dizaines de titres plus riches, plus complets et mieux réalisés réserveront vraisemblablement ce titre à une niche bien définie de nostalgiques.

Vidéo – Cinq minutes de jeu :

NOTE FINALE : 09,5/20

Konami '88 est le type même de programme qui n'offre strictement rien de plus que ce qu'on pouvait s'attendre à y trouver: une poignée d'épreuves de sport multijoueurs, à pratiquer simultanément ou à tour de rôle, et dont l'essentiel du gameplay se résume à bousiller à force de matraquage de boutons une borne ou une manette qui ne vous ont rien fait. Le faible nombre d'épreuves, l'absence d'options et la faiblesse du gameplay viennent hélas pénaliser une expérience exclusivement pensée pour l'arcade, ce qui signifie qu'on en aura fait le tour beaucoup trop vite et qu'on se sera finalement assez peu amusé. Un peu plus d'ambition n'aurait sans doute pas fait de mal à un titre qu'on aura d'ailleurs depuis très largement oublié.

CE QUI A MAL VIEILLI :

- Seulement huit épreuves, c'est un peu court
- Gameplay assez redondant: timing, matraquage de boutons ou mélange des deux
- Aucun choix de mode de jeu, impossible de changer l'ordre des épreuves, impossible d'en sélectionner une en particulier
- Pourquoi est-ce qu'on court deux fois le 400m relais, au juste?